Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

L’EPS à l’âge de glace !

© iStock_101cats

Communiqué de presse publié le 15 janvier 2021
Par Laurent BONNIN, secrétaire national du SNALC chargé de l’EPS, eps@snalc.fr

La décision prise par le gouvernement de suspendre les cours d’EPS en intérieur sur tout le territoire à partir du 18 janvier frappe de stupeur les enseignants.

Pour le SNALC, il s’agit d’une décision difficile à l’égard d’une profession déjà épuisée par des efforts d’adaptation successifs, très différents selon les périodes, qui les amènent à réinventer chaque jour leur métier : en distanciel par des supports informatiques pour mobiliser les élèves puis en présentiel en remaniant les activités, les contenus pour respecter les règles de brassage et de distanciation.

Pour le SNALC, cette obligation d’enseignement en extérieur va engendrer d’importants problèmes, d’autant plus que le ministère n’a pas travaillé à l’anticiper avec la profession. Des solutions d’allègement des effectifs, des pratiques peu intenses, avec masques et au chaud auraient pu être envisagées.

Des établissements ne possèdent pas d’installations de plein air, notamment ceux de centre-ville. Par ailleurs les stades, plateaux et autres espaces ouverts, quand ils existent, ne seront pas suffisants pour accueillir en même temps toutes les classes partageant les mêmes créneaux horaires. La situation est encore plus critique quand primaire et secondaire partagent les mêmes installations.

D’autre part nous sommes en pleine période hivernale. Le froid, la pluie, le gel, les surfaces glissantes, détrempées, peuvent être de sérieuses contre-indications à la pratique.

Enfin, s’il est sain de chercher à maintenir l’activité physique des élèves, il faut aussi penser à la très forte démotivation, contraire aux finalités de la discipline, que la répétition d’activités identiques, très réduites, dans de telles conditions, va engendrer.

Le SNALC alerte sur ces difficultés et les risques d’une stricte application de cette directive. Puisque l’EPS doit s’effectuer en extérieur elle ne peut pas non plus se pratiquer dans n’importe quelles conditions. Ces conditions devront être appréciées avec bon sens par tout à chacun et bienveillance à l’égard des enseignants et des élèves. Le SNALC soutiendra tous les collègues qui pourraient se retrouver confrontés à des situations difficiles, impossibles ou dangereuses. L’institution doit aussi assumer ce choix qui relève de son entière responsabilité et proposer des solutions adaptées.