Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

L’éducation par le numérique en eps

© iStock - Phoenixns

L’ÉDUCATION PAR LE NUMÉRIQUE EN EPS

« L’introduction du numérique dans les méthodes pédagogiques et la construction des savoirs » (Code de l’éducation, art. L231-15) s’est imposée en EPS et dans ses programmes. Au collège l’élève doit savoir « utiliser des outils numériques pour analyser et évaluer ses actions et celles des autres ». Au lycée « l’enseignement doit s’appuyer sur les plus-values qu’apportent les usages du numérique…le recueil d’indices et d’informations dont l’analyse et l’exploitation favorisent les apprentissages ». L’éducation par le numérique en EPS n’est plus une méthode optionnelle au service de la liberté pédagogique.

Depuis la vulgarisation des tablettes, des smartphones et des plans d’équipement, des usages se sont développés à travers des applications d’analyse vidéo (Video delay, Huld), de recueil de données (EPScompteur), d’observations en sports d’opposition (EPS impact) ou collectifs (iPTB, aPTB), de répertoire de figures (AcroEPS) ou de sondages rapides (Plickers)…et l’inventaire est bien incomplet.

Incontestablement ces outils simples, assez efficaces en intérieur, plaisants pour les élèves, répondent aux attentes. Ils soulèvent pourtant des questions essentielles :

– D’abord il faut être doté d’un parc d’outils par classe et qu’ils soient disponibles, donc pas déchargés, accaparés, détériorés ou égarés. Ces conditions encouragent actuellement le développement du BYOD (Bring Your Own Device), acronyme sympa mais qui questionne grandement le principe de gratuité et d’égalité de l’enseignement.

– Ensuite ces outils renforcent l’emploi d’écrans et les temps d’immobilisme. Il est démontré combien les élèves, trop consommateurs, sont affectés au niveau postural, visuel, social et par les effets de la sédentarité occasionnés (réduction des capacités cardio-pulmonaires, tonicité, obésité…).

Alors cette éducation au numérique questionne la spécificité et l’utilité de l’EPS. Compte tenu des besoins de la jeunesse et des temps de pratique corporelle déjà très faibles, l’EPS doit-elle à ce point concourir à former des analystes, des statisticiens, des coachs… ou des individus physiquement développés et éduqués ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email