Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Climat scolaire
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
Enseignement privé : nos articles
Privé : contes et légendes
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
« Choc des savoirs »
Dossiers du mois
École inclusive
Laïcité et valeurs de la République
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
AESH : Contrat
AESH : Droits et devoirs
AESH : Infos en bref
AESH : Le SNALC s’adresse au ministre
AESH : Métier et carrière
AESH : PIAL et inclusion
AESH : Positions et revendications
AESH : Protection des personnels
AESH : Rémunération et retraite
Contractuels enseignants, CPE, Psy-EN
Contractuels : Contrats
Contractuels : Droits et devoirs
Contractuels : Infos en bref
Contractuels : le SNALC s'adresse au ministre
Contractuels : Métier et concours
Contractuels : Positions et revendications
Contractuels : Protection des personnels
Contractuels : Rémunération et retraite
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, Bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Nos publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le Pacte des loups

Mot du président
 
Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1475 du 17 mars 2023

D’après les anciens comme d’après Thomas Hobbes, l’Homme serait un loup pour l’Homme. C’est bien ce principe qui guide la politique éducative de nos gouvernements successifs, et notamment de ce quinquennat et du précédent. Autonomie de l’établissement, guerre ouverte ou feutrée pour savoir qui aura des demi-groupes, appel à projet innovant afin d’obtenir l’essentiel pour votre école et d’en priver par-là même l’école d’à-côté, PIAL dysfonctionnels où l’on vous sépare de l’élève que vous suiviez avec succès car le tableur Excel l’a décidé : rien n’est épargné pour nous diviser.

 Dernier avatar en date : le pacte enseignant. Une usine à gaz aux mains d’un chef d’établissement qui n’en demandait pas tant, ou d’une direction d’école déjà au bord du burn-out (quand elle n’est pas en plein dedans). Une laisse que vous vous passez vous-même autour du cou, vous imposant d’effectuer au cours de l’année des remplacements de courte durée qui ramènent le professeur au rang de bouche-trou vaguement pédagogique, ou du soutien en collège alors que vous travaillez déjà en moyenne 43h par semaine dans votre école primaire. La récompense ? Un forfait qui vous permettra — peut-être — d’être payé en plus pour en faire encore plus — il paraît qu’il faut du monde pour la découverte des métiers en cinquième.

Et comme au ministère, on prend les loups pour des ânes, ce travail supplémentaire est affublé du vocable de « revalorisation ». Une revalorisation tellement revalorisante que nos interlocuteurs reconnaissent eux-mêmes qu’elle n’est pas intéressante pour les agrégés. Mais qui s’occupe encore des agrégés dans l’Éducation nationale, à part le SNALC ? C’est toujours fascinant d’entendre le mépris envers les agrégés suinter de la bouche et des pores d’un cadre qui gagne trois ou quatre fois leur salaire. Certains n’ont visiblement honte de rien.

Le monde rêvé de nos dirigeants, c’est un monde où nous serions des loups entre nous, mais des moutons à leur égard. Où nous bêlerions uniquement quand ils l’auraient décidé. Il fallait les voir nous reprocher d’avoir  — horresco referens — publié après la réunion les documents sur lesquels ils nous présentaient leur projet. 10 mois que le président de la République et le ministre mentent sur le chiffre de 10 % de revalorisation en moyenne pour tous, et les méchants, ce sont les organisations syndicales qui produisent la preuve non contestée de leur mensonge ?

Sauf qu’on ne met pas de muselière au SNALC, dont l’un des objectifs est d’informer en toute transparence les personnels comme l’ensemble des citoyens, et non d’attendre sagement que nos gouvernants choisissent le temps, le lieu et les éléments de leur communication captieuse. Nous sommes humanistes et nous valons mieux que leur politique budgétaire à courte vue et que leur gestion des ressources inhumaine. En ces temps de crise des recrutements, de paupérisation et de dégradation de nos conditions de travail, un syndicat comme le SNALC montre que nous conservons notre grandeur d’hommes et de femmes, et que nous continuerons de nous battre avec dignité et efficacité.

Lire aussi