Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Langues : attester sans tester ?

© istock_maselkoo99-645122496

L’attestation en langues sera bien délivrée en marge du baccalauréat. Mais il n’y aura pas d’épreuves pour attester du niveau des élèves.  Faut-il s’en réjouir ou déplorer un beau gâchis ?

Après moult revirements et incertitudes, l’on sait désormais que l’attestation en langues existera, mais qu’elle sera délivrée à partir des cases cochées par les professeurs de langues dans le livret scolaire. Pour l’occasion, le ministère a bien pris en compte les niveaux du CECRL et les compétences idoines. 

À brûle-pourpoint, on aurait envie de s’en réjouir. En effet, organiser vers la fin de l’année une batterie d’épreuves dont un oral chronophage, sans sujets nationaux, n’aurait rien eu d’une sinécure et aurait donné lieu à une attestation à la représentativité très locale. 

Pourtant, quel gâchis ! Notre institution, censément sérieuse, va délivrer une attestation qui n’aura aucune valeur. Que nos collègues ne se méprennent pas, il n’y a ici aucun dénigrement de leur travail. Seulement, chacun sait combien nous avons tendance à adapter nos exigences à nos classes. Sans quoi, la relation pédagogique est impossible. 

Et les établissements s’adaptent eux aussi. Nous avons vu cela lorsque des chefs d’établissement validaient le A2 sans que de nombreux élèves ne le méritassent. Il y a là des variables qui nuiront à la reconnaissance de ce nouvel objet.

 C’est aussi un gâchis parce qu’à côté de l’attestation subsisteront, pour une partie de nos élèves, les certifications Cambridge, Cervantès ou Goethe. 

L’État paiera pour que certains bénéficient d’une photographie mieux cadrée de leur niveau. Pour les autres, ce sera à la louche et avec bienveillance. Et il sera amusant de constater les écarts entre les deux et de se moquer d’une Éducation nationale décrédibilisée. 

Pour le SNALC, il eût fallu mettre fin à la certification par des organismes privés en la remplaçant par une attestation – ou une certification – dont les épreuves auraient reposé sur des sujets et un cadre définis nationalement et qui aurait donc eu une portée plus évidente 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1469 du 7 octobre 2022