Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

La rupture conventionnelle pour les agents publics

L’article 72 de la loi du 6 août 2019 a introduit le principe d’un dispositif de rupture conventionnelle au bénéfice des agents publics à compter du 1er janvier 2020. Ce dispositif concerne les contractuels en CDI et les fonctionnaires, mais pour ces derniers, le dispositif est applicable du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2025. Les décrets 2019-1593 du 31 décembre 2019 relatif à la procédure et 2019-1596 du 31 décembre 2019 relatif à l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle viennent de paraître.

Procédure

L’agent qui souhaite une rupture conventionnelle adresse une lettre recommandée avec accusé de réception au service des ressources humaines. L’agent est alors reçu à un entretien préalable, conduit par l’autorité hiérarchique, afin de s’accorder sur le principe de la rupture conventionnelle et, le cas échéant, sur les modalités de celle-ci (date envisagée de la fin de contrat, montant envisagé de l’ISRC, les conséquences de la rupture)
Cet entretien se tient à une date fixée au moins dix jours francs et au plus un mois après la réception de la lettre de demande de rupture conventionnelle.
L’agent peut, après en avoir informé son autorité hiérarchique, se faire assister d’un conseiller désigné par une organisation syndicale représentative de son choix. Le conseiller est tenu à une obligation de discrétion.
En cas d’accord des deux parties sur les termes et les conditions de la convention de rupture, la signature de la convention a lieu au-moins quinze jours francs après l’entretien, la date étant fixée par l’autorité hiérarchique.

Délai de rétractation

Chacune des deux parties, l’agent et l’employeur, disposent d’un délai de 15 jours francs pour exercer son droit de rétractation, signifié par lettre recommandée avec accusé de réception à la partie adverse. En l’absence de rétractation, le contrat prend fin à la date convenue dans la convention de rupture.

Montant de l’indemnité

L’indemnité spécifique de rupture conventionnelle (ISRC) comprendra un montant plancher avec une modalité de calcul inspirée de l’indemnité légale de licenciement du secteur privé, mais ne pourra pas dépasser un certain plafond.

Montants planchers :

    • 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté pour les 10 premières années
    • 2/5 de mois de salaire par année d’ancienneté entre les 10 et 15ème années
    • 1/2 de mois de salaire par année d’ancienneté entre les 15 et 20ème années
  • 3/5 de mois de salaire par année d’ancienneté entre les 20 et 24ème années

Montants maximums :

Le montant maximum de l’indemnité ne pourra pas excéder une somme équivalente à un douzième (1/12) de la rémunération brute annuelle perçue par l’agent par année d’ancienneté, dans la limite de 24 ans d’ancienneté, soit deux ans de traitement au maximum.
La rémunération prise en compte pour le calcul de l’ISRC est la rémunération annuelle perçue par l’agent au cours de l’année civile précédent celle de la rupture conventionnelle. Cette indemnité sera exclue de l’assiette des cotisations et contributions sociales et également non imposable sur le revenu.

Age limite

L’âge limite pour pouvoir bénéficier d’une rupture conventionnelle est l’âge l’ouverture du droit à une pension de retraite fixé (62 ans actuellement) et en justifiant d’une durée d’assurance permettant d’obtenir une pension de retraite au taux plein du régime général de sécurité sociale pour les contractuels et au taux maximal pour les fonctionnaires.

Remboursement de l’indemnité

Un agent, ayant bénéficié d’une rupture conventionnelle depuis moins de 6 ans et qui serait recruté en tant qu’agent public, titulaire ou non titulaire, sera tenu de rembourser l’indemnité

 
 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1436 – janvier 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email