Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

La réforme des retraites dans le privé

LA RÉFORME DES RETRAITES DANS LE PRIVÉ


Par Frédéric ELEUCHE
Secrétaire national aux personnels administratifs et de santé
retraite@snalc.fr
Le 17 décembre 2019

La question de l’âge :
Le rapport DELEVOYE de juillet 2019 annonçait un départ à la retraite à 62 ans mais le montant de la pension serait si faible qu’il dissuaderait de partir à cet âge. Le projet du ministre DELEVOYE impose un âge pivot à 64 ans pour une retraite à taux plein calculée selon de nouvelles modalités. Cet âge pivot sans décote passerait à 65 ans pour la génération 1975 et à 66 ans pour la génération 1983.

Le montant :
Le rapport DELEVOYE est très clair : on prendra en compte dans le calcul du nombre des points non seulement des « primes » mais aussi les heures supplémentaires. Ce point est CAPITAL.
On prendra en compte donc l’ISO, part fixe et variable, l’ISAE, les HSA, les HSE et les IMP (indemnités de mission particulières). Les sommes perçues donneront droit à des points à raison de 1 point pour 10 euros cotisés (c’est la valeur d’acquisition du point). Il est d’ailleurs étonnant que l’on puisse dès à présent donner et surtout fixer une valeur : dans l’actuelle RAFP (Retraite Additionnelle de la Fonction publique) destinée à disparaître, la valeur d’acquisition est passée de 1 point pour un euro à 1,2317 point en 2019.

De plus, M DELEVOYE a reconnu que « les enseignants » sont les plus mal payés, n’ayant pas de « primes ». Du côté du ministère, on a triomphalement annoncé une augmentation de 300 euros par an pour les professeurs (conséquence du PPCR du précédent ministère).

Au SNALC, les spécialistes ont calculé que la perte de pension pourrait aller jusqu’à 800 euros en moyenne par mois. Pour le SNALC, une telle diminution est impensable et inacceptable.

La valeur du point :
On annonce déjà la valeur de service du point qui serait de 0,55€ ! Comment peut-on le faire alors que cette valeur dépend de la conjoncture, de l’inflation, de l’économie et du chômage ?

Points pour les enfants :
On annonce aussi 5% de points en plus au moment du départ en retraite si on a eu un enfant, 10% pour deux et 15% pour trois, etc. 5% de points en plus par enfant, c’est un supplément de ……0,55€ x 5= 2,75€ ? Quelle honte !!
Actuellement, nous sommes à 10% de majoration de pension si l’on a eu trois enfants. Par ailleurs, la bonification d’ancienneté pour les enfants n’est plus évoquée : quatre trimestre pour ceux qui sont nés avant 2004, deux trimestres pour ceux qui sont nés après 2004.

Les pensions de reversions :
On ne touche aux pensions existantes, mais il y aura une régression sensible dans le futur système.

Le travail des retraités :
Un retraité pourra retravailler. C’est exactement le contraire de la politique appliquée par la loi Touraine sous Hollande : la loi du 20 Janvier 2014 avait autorisé à retravailler, mais instauré un plafond. Celui disparaît. Dans le système qui nous est annoncé, le retraité qui cotisera, continuera de cotiser pour lui-même et acquérir des points.

La mise en œuvre :
Le nouveau système s’appliquera en 2025 pour les personnes nées après 1963, les personnes à cinq ans de la retraite y échapperont. Les personnes qui seront loin de la retraite, mais qui auront déjà commencé à travailler, verront leur passé « converti » intégralement et donc pris en compte dans le nouveau système.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email