Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Grève : non, « les syndicats » ne sont pas satisfaits !

© iStock_fikzes

Le SNALC a appelé et participé à la grève massive de l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale ce jeudi 13 janvier, ainsi qu’à l’audience présidée par Jean Castex le soir même. Le fait même que le Premier ministre nous ait reçus est une preuve de l’importance de notre mouvement et que le gouvernement prend enfin au sérieux notre capacité de mobilisation, qui était à la hauteur de son mépris jusque là affiché. Il aura fallu que nous en venions à la grève pour qu’enfin, un début d’écoute apparaisse sur des problèmes que nous dénonçons collectivement depuis parfois plus d’un an et demi. Néanmoins, nous ne sommes toujours pas convaincus par les explications de fond sur les incohérences du protocole sanitaire à l’École, qui impose des contraintes très pénibles aux enseignants comme aux élèves sans offrir de garanties réelles sur son utilité, puisque visiblement le discours gouvernemental est que de toute manière, on se contamine tout le temps et partout.

Le SNALC l’a clairement dit au Premier ministre : les personnels n’ont pas fait grève uniquement pour quelques masques FFP2. La raison principale de cette large colère était avant tout le manque de respect envers les personnels, qui s’est aggravé avec la crise sanitaire, mais dont les racines sont à chercher bien avant le début de cette crise.

Pour le SNALC, le gouvernement et le ministre de l’Éducation nationale n’ont toujours pas pris la mesure de ce phénomène. S’ils ont tenté de répondre à l’aspect purement sanitaire avec quelques embauches et des masques — toutes choses que nous demandons depuis au moins un an et demi — le reste ressemblait davantage à une (longue) séance de câlinothéraphie qu’à des engagements fermes. Si le Premier ministre admet les délais trop courts d’information des personnels pour chaque nouveau protocole, il n’a finalement rien promis d’autre qu’une meilleure articulation et un meilleur pilotage.  Surtout, aucune réponse n’a été apportée au SNALC sur son constat et sa demande majeurs : une revalorisation financière pour l’ensemble des personnels, dont l’engagement et la difficulté d’exercices ne sont reconnus pour le moment que par des mots. Le SNALC continue et continuera de demander des actes. Nous ne pouvons tolérer que chaque école, collège ou lycée soit transformé en mini agence régionale de santé, dans laquelle les personnels font gratuitement le travail des autorités sanitaires, qui finit par empiéter sur leurs missions habituelles, voire les remplacer totalement.

Pour le SNALC, une grève historique demande des réponses à la hauteur. Pour le moment, elles ne le sont pas. Les personnels ont prouvé qu’ils pouvaient défendre leurs intérêts par des mobilisations massives : nous devons nous en souvenir car nos salaires et nos conditions de travail ne vont pas s’améliorer par magie : il va falloir les conquérir ensemble.

Le SNALC participera à la réunion intersyndicale de ce vendredi soir.