Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Faisons confiance aux professeurs !

© iStock_gorodenkoff

C’est un fait : nos élèves se débrouillent mal en langues vivantes, l’expression écrite de leur propre langue pose problème et nous voyons fleurir, lors des soldes, des pancartes expliquant à combien revient un vêtement de 100 euros après une remise de 50%. 

 

LA FAUTE À QUI ? A L’ÉCOLE ! AUX PROFESSEURS OU À L’INSTITUTION ? 

Posons simplement la question : qui peut raisonnablement penser que nos professeurs d’anglais ne savent pas s’exprimer dans la langue de Shakespeare, que nos professeurs de français ne maîtrisent pas celle de Molière ou encore que nos professeurs de mathématiques ne sont pas capables d’enseigner le calcul mental et le calcul de pourcentages ? 

 

IL RESTE ALORS L’INSTITUTION… 

Injonctions contradictoires après injonctions contradictoires, réformes mal pensées après réformes non évaluées, pédagogies à la mode après pédagogies mises à l’index, inflations langagières des différentes matières après inflation de la complexité des programmes, examens revus à la baisse après redoublements quasiment impossibles, le bagage scolaire minimal est devenu complètement flou et l’école incapable de certifier une quelconque connaissance ou compétence. 

Réfléchissons encore un peu : dans un monde non dominé par le diktat de la bienveillance (et par d’autres stratégies politiques !), toutes ces graves lacunes du système scolaire auraient logiquement dû aboutir à un effondrement des résultats d’examens. Pas dans la France du XXIème siècle ! Non seulement le taux de réussite aux examens nationaux ne cesse de battre des records, mais les mentions flambent. 

Le roi est nu, pourrait-on dire, mais on ne veut pas le (faire) voir. 

Le SNALC ne peut se taire devant un tel gâchis de formation de toute une génération, qui n’aura connu de l’école qu’une fuite en avant et un mensonge quasi permanent sur le niveau réel des élèves. 

Faisons confiance aux professeurs qui, par leur liberté pédagogique et des recettes éprouvées, ont pu solidement former des générations entières, quand le mantra du travail par séquence, du numérique ou de la remédiation (faute d’exigence suffisante les années précédentes) a abouti au résultat que l’on sait. 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1458 du 15 novembre 2021