Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

EPS : “Il ne faut pas politiser le sport”

© istock_Bet_Noire-496125760

Récemment interrogé sur sa présence à la coupe de monde de football au Qatar, E. Macron a déclaré : « Je pense qu’il ne faut pas politiser le sport ». Cette déclaration est pour le moins stupéfiante venant d’un chef d’État : le sport à ce niveau est totalement politique. 

 

LE SPORT EST UN ACTE POLITIQUE 

Dès son origine, le sport était pratiqué par une élite aristocratique qui affichait ainsi des valeurs distinctives. Être sportif était un marqueur social et politique. Puis le sport s’est démocratisé s’ouvrant aux femmes, aux personnes de couleur et au plus grand nombre. Les quatre médailles d’or de Jesse Owens en 1936 aux JO de Berlin puis celles en 1968, aux JO de Mexico, de Tommie Smith, au poing noir levé, de Colette Besson sont des faits politiques qui ont transformé les mentalités, les lois et l’histoire contribuant des années plus tard à l’accès au pouvoir de Barack Obama ou d’Edith Cresson. 

De même, poser un genou au sol pour des équipes, grimper sans hijab comme l’iranienne Elnaz Rekabi ou décorer des sportifs à l’Élysée sont des actes politiques. 

 

LE SPORT EST UN OBJET POLITIQUE 

La démonstration n’est plus à faire depuis 1936 où les JO de Berlin ont été conçus comme une vitrine du pouvoir du IIIe Reich. Cet effet de politicwashing est particulièrement recherché par les régimes autoritaires soucieux de redorer leur image internationale. Les JO de Moscou, de Sotchi, de Pékin, les coupes du monde de football en Italie (1934), en Argentine (1978), en Russie (2018) ou aujourd’hui au Qatar relèvent du même procédé, pleinement politique. 

Politiser le sport n’est donc pas une ineptie mais une inhérence. Prétendre le contraire s’agissant de la coupe du monde au Qatar a pour seul but de préserver de la critique un éminent partenaire économique. Au contraire, cet évènement doit être pleinement perçu dans tous ses aspects : politiques, écologiques, humanitaires… 

C’est une des missions des enseignants d’EPS qui ont parmi les 5 grands objectifs de leur discipline celui de «permettre l’accès à un patrimoine culturel dans lequel l’élève peut se situer en tant que pratiquant mais aussi spectateur ou critique ». 


Article paru dans la revue Quinzaine universitaire n°1471 du 13 décembre 2022