Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Enseignement de spécialité EPS : une création en demi-teinte

© iStock_Vgajic
Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1448 du 7 janvier 2021



Lors de la réforme des programmes des LGT, nous avons dénoncé la suppression des enseignements d’exploration (seconde) et de complément (1er et terminale) en EPS. Nous réclamions en remplacement la création d’un enseignement de spécialité conforme à la logique de la réforme et à celle plus générale de l’éducation visant à équilibrer les activités du corps et de l’esprit.


Il aura fallu l’annexion du ministère des Sports par celui de l’Éducation nationale pour que soit envisagé ce rééquilibrage. Il aura surtout fallu attendre une prise de conscience tardive du ministre due à ses nouvelles prérogatives et aux enjeux économiques de taille, pour qu’arrive enfin une réponse à cette demande. Les multiples secteurs de l’activité physique et sportive en pleine expansion portent un potentiel de 300 000 emplois pour l’avenir. Aussi cet enseignement de spécialité sera-t-il très axé sur ces futurs métiers. Informer les élèves et les préparer à ces secteurs d’activité est évidemment bénéfique.

Les contenus de cet enseignement, son évaluation restent à construire. Un cahier des charges a été transmis au Conseil supérieur des programmes qui doit présenter un premier projet le 15 janvier.

D’ores et déjà nous savons que le déploiement de cet enseignement sera uniquement expérimental au cours des 2 prochaines années. Il sera proposé aux classes de première dès la rentrée de septembre 2021. Il s’étendra à celles de terminale en 2022. Il concernera 1 à 3 établissements par académie, soit au total une centaine de lycées. De l’attrait, des difficultés, de la portée de cette première mise en oeuvre dépendra alors sa généralisation. Là se situe malheureusement le premier hic ! La DGESCO l’a affirmé : cet enseignement ne fera pas partie du jeu des sept spécialités proposées dans la plupart des lycées. Cette création s’avère donc déjà en demi-teinte. En plus de ses contenus à définir, elle ne manquera pas de soulever des questions d’attribution et de sélection. Quels établissements l’offriront- ils ? Quels élèves y accéderont-ils ? Nous y reviendrons.