Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

EAFC : enliser l’accès à la formation continue ?

© istock_Sirikornt-519506439

La crise des recrutements et l’arrivée de personnels contractuels d’horizons divers d’une part, et celle des personnels de Jeunesse et Sports de l’autre, nécessitent peut-être une approche globale de la formation. Pourtant les nouvelles Écoles Académiques de Formation Continue délaissent la majorité des personnels qui ont des besoins. Les plans académiques de formation (PAF) n’ont pas encore été remplacés dans leur richesse et leur diversité. Le SNALC est attaché à la qualité de l’enseignement et cela ne saurait se résumer aux sciences cognitives. Les formations disciplinaires doivent rester centrales. 

Des conseillers territoriaux doivent compléter le dispositif ; mais les offres de formation proposées et la novlangue (« flash coaching ») ont déjà pour effet un désintérêt des collègues qui pointent d’autres dysfonctionnements : des heures de formation proposées en dehors du temps de service surtout dans le 1er degré, des ordres de mission envoyés moins de 48h avant la formation, des pages encore en construction… Les formations « activables à tout moment dans l’année » (selon le site du ministère) impliquent un suivi journalier nécessitant du temps et de l’attention. En outre, l’agent qui fait son inscription n’a pas toujours la visibilité sur sa demande, ni sur la validation ou non par la hiérarchie. Les délais de réponse réduits et les procédures floues compliquent aussi l’accès aux formations.

 « Proximité », « contextes territoriaux » sont les maîtres mots du site ministériel de l’Éducation nationale. Si cela signifiait un recueil des besoins des personnels par les conseillers territoriaux ou par d’autres moyens, ce pourrait avoir un intérêt. Mais ce n’est pas le cas. Et l’on voit surtout du saupoudrage cognitif et des « autoformations » qui n’ont que peu d’intérêt. 

Pour le SNALC, la meilleure formation est celle qui se déroule en présentiel car elle favorise les échanges entre collègues. La maîtrise des savoirs disciplinaires et leur transmission doivent rester centrales 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1470 du 4 novembre 2022