Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

Droit à la parole (lettre n°22)

© iStock_©andresr

Peu importe le dialogue ou le monologue, les gens ne comprennent et ne saisissent que ce qui leur affaire. » Henri Lafrance

Romain
Professeurs d'espagnol, académie de Lille

 

Les réunions de parents, le nouveau programme du soir !

 

Les réunions de parents vont bientôt commencer dans mon établissement et d’années en années, je crains la réception de mon planning de rendez-vous. Chaque année, les plages de rendez-vous s’adaptent de plus en plus aux agendas des parents à qui notre chef d’établissement propose plusieurs cases à leur convenance et en fonction de leurs disponibilités.

Résultats ?  nous, professeurs, devons être disponibles de 17 à 21 h, voire 22 h et ce, jusqu’à 3 jours sur une même semaine en fonction des classes que nous avons. Quid de nos disponibilités ? Qui s’inquiète des difficultés que cela nous pose pour faire garder nos enfants ? Qui s’inquiète de notre état physique et mental quand nous enchaînons 6 ou 7 heures de cours et jusqu’à 4 ou 5 heures de réunions en continu ? Je veux bien être disponible pour les parents et pour mes élèves, cela fait aussi partie de mes obligations de service, mais je supporte de moins en moins d’être à leur disposition et de les entendre dire : “j’ai demandé mes rendez-vous après 20h, parce que vous comprenez, je l’ai conduit à son entraînement de foot, c’est important aussi le foot” pendant que mon fils, lui, va rater son entraînement et se débrouiller seul en rentrant. Et cela va se reproduire plusieurs semaines, car chaque niveau à sa semaine de réunion de parents. Quand ça sera terminé, ce sera au tour des conseils de classe et en février, on recommencera la deuxième série ! Mon métier, quand bien même certains pensent qu’il s’agit d’une vocation, n’est pas un sacerdoce ! Et ça n’est pas parce que je travaille dans l’enseignement catholique que j’ai l’âme d’un missionnaire ! J’ai aussi une vie de famille et l’envie de rentrer à une heure raisonnable pour en profiter !

 

Valérie
Professeurs de lettres, académie de Versailles

 

Alouette, gentille alouette !

 

Gros, gros, gros ras-le-bol ! Comme d’autres, je suis victime de « l’enseignement privé »: il me reste encore 10 ou 15 ans de carrière à effectuer. Et comme de nombreux collègues, je suis bloquée au 6° échelon de la hors classe et dois, selon toute vraisemblance me résigner à y rester, sans aucune perspective ! Pourquoi ???

Chaque année l’administration nous fait miroiter deux miroirs aux alouettes :

– Le premier ? : la liste d’aptitude pour l’accès à l’échelle de rémunération de professeur agrégé ; le nombre de place est scandaleux : parfois une seule et unique place au niveau national ! Inadmissible !!! La procédure est archaïque dans le privé alors que les collègues du public passent par I-Prof. Les résultats sont très difficiles à obtenir alors que les collègues du public les consultent sur SIAP avant la fin de l’année scolaire. Les syndicats parviennent finalement à les trouver tardivement mais sans aucun détail : quel avis a été donné ? Comment améliorer sa candidature ? Que peut-on entreprendre pour être choisi ? Il en ressort que ce sont les inspecteurs qui choisissent quelques candidats mais en nombre si restreint que tous les autres ne peuvent que rester amers et découragés, aussi brillant d’ailleurs que soit leur parcours académique.

Le second correspond à l’obtention de la classe exceptionnelle.  Chaque année le malheureux sixième échelon reçoit une notification lui assurant qu’il est promouvable… En réalité il y a toujours une histoire de vivier, de bassin ou autre machin qui l’empêche d’y accéder !

Notre fin de carrière est indécente : Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerai !

                                                                      

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email