Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Disparition de Jean Willot, dénonçons l’inacceptable

En 2013, le SNALC rendait hommage à notre collègue Pierre Jacques, enseignant d’électronique qui nous quittait après un acte désespéré. De trop nombreux collègues ont hélas suivi le même chemin depuis.

Vendredi 15 mars 2019, Jean Willot, professeur des écoles, mit fin à ses jours. La veille, il apprenait qu’une mère d’élève avait déposé plainte contre lui et que l’Inspection Académique le convoquait.

L’autorisation donnée à seulement 3 enseignants de l’école sur 12 de pouvoir participer aux obsèques a été très mal vécue. L’Inspection finit par se rétracter, autorisant finalement l’ensemble des collègues à s’absenter deux petites heures. La demande faite à l’équipe enseignante de ne parler de l’affaire à personne, ni aux parents, ni aux médias suscita l’indignation de tous. Toute la profession fut touchée et les témoignages de soutien furent nombreux. En revanche, le silence de l’institution fut pesant et marqua les esprits.

Le SNALC a encore une fois été sidéré devant cette attitude de l’institution qui consiste systématiquement à étouffer les affaires dans le but de ne pas faire de vagues.

Cela fait maintenant deux mois que notre collègue nous a quittés. Combien faudra-t-il encore de Jean Willot avant que l’administration ne cesse de taire ou d’ignorer la souffrance silencieuse de milliers de collègues qui un jour pourraient eux aussi franchir le pas de l’irréparable ?
Combien de lettres de rentrée de nos ministres ont encensé le dévouement des enseignants, parlé de bienveillance, de confiance, de soutien, d’écoute, de solidarité avec les professeurs… Combien de ministres ont assuré dans leur discours une reconnaissance sans faille de l’institution ?

Cela suffit. On peut parler, comprendre ou ne pas comprendre, être d’accord ou pas sur de nombreux sujets autour du métier de professeur. Mais il s’agit ici de l’humain. On ne peut pas, on ne peut plus accepter cette attitude de l’institution et son double discours.

Le SNALC a accompagné le collectif « #Plusjamaisca : tous en action pour Jean Willot ! » devant le Palais de Justice de Pontoise le 15 mai 2019 pour manifester et dénoncer cette situation. Parce que le SNALC ne tolèrera jamais cette omerta.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email