Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Discours sur l’école : une trajectoire qui va dans le mur ?

© Discours E.Macron 25 août 22 - Capture d'écran BFMTV

Le SNALC a écouté le discours du président de la République tenu devant les recteurs ce jour.

Reprenant l’essentiel des éléments de langage qu’il utilisait lorsqu’il était candidat à la présidence, Emmanuel Macron nous a ressorti l’autonomie, l’entreprise, l’innovation et le pacte où il faut travailler plus pour gagner plus. Semblant compter sur une amnésie collective des personnels pendant l’été, il a même été nous rechercher la « confiance », que son précédent quinquennat avait pourtant tout fait pour saper. Ou encore pour dire qu’on demande des diplômes trop élevés aux professeurs alors que c’est sous le quinquennat précédent que le concours a été décalé en fin de Master 2.

Au-delà des envolées lyriques sur la réussite de l’expérimentation marseillaise (non évaluée à ce jour) ou sur la voie professionnelle qui doit devenir une voie de réussite (sans mettre les lycées professionnels dans l’éducation prioritaire avec les moyens afférents), le SNALC retient surtout qu’on va encore devoir faire trois à quatre mois de blablatologie pour accoucher de projets révolutionnaires de « classes flexibles ».

Le SNALC reste très pragmatique, maintient et actualise ses revendications :

  • un rattrapage salarial important pour tous les personnels, sans contreparties,
  • le reversement des 500 millions d’euros prévus pour le « fonds d’innovation » à l’enveloppe destinée au rattrapage salarial sans contreparties,
  • le reversement de l’ensemble de l’enveloppe budgétaire destinée au « pacte de confiance » à l’enveloppe destinée au rattrapage salarial sans contreparties,
  • l’annulation des concertations blabla prévues dans chaque école, collège et lycée à la rentrée,
  • des précisions rapides sur la sauce « entreprise » à laquelle vont être mangés les collèges et les lycées professionnels, afin de pouvoir commander un plat sans sauce.