Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Direction d’école et décharges : le gâteau à se partager

Lettre premier degré


DIRECTION D’ÉCOLE :

Décharges, le gâteau à se partager



https://pxhere.com/fr/photo/1378223

LE PREMIER DEGRÉ 34 – décembre 2020
Par Christophe Gruson,
Secrétaire national SNALC premier degré
premierdegre@snalc.fr

Dès le mois de mai 2020, le ministère avait affiché sa détermination à augmenter au plus vite et de façon non négligeable les décharges des directeurs d’école. Il avait en outre insisté sur un volet de décharges complémentaires ponctuelles en fonctions de besoins à définir. Le SNALC avait immédiatement montré son inquiétude concernant ce volet de décharges à disposition des inspecteurs et souhaitait que l’enveloppe de décharges puisse améliorer la situation de tous les directeurs sans décharge totale. Un quart de décharge minimum pour tous aurait été le bienvenu.

Le SNALC avait demandé avant toute chose que l’existant soit déjà assuré : les décharges annuelles de directeurs de petites écoles – alors qu’elles s’avèrent déjà insuffisantes – doivent impérativement être respectées. Trop de directeurs ne bénéficient pas de leur dû depuis des années.
Le SNALC avait soulevé la question de la présence d’élèves à besoins éducatifs particuliers (EBEP) qui nécessiteraient une journée de décharge supplémentaire. En effet, la gestion de ces élèves est très chronophage (relation avec les partenaires, réunions diverses, administratif…)
Le SNALC souhaitait également que ne soit pas oubliée dans ce nouveau calcul, la prise en compte des écoles orphelines (écoles avec un IPS faible – Indice de Position Sociale – rattachées à un collège dont l’IPS ne permet pas un classement en REP).

En septembre, le chiffre est tombé : le ministère prévoit une enveloppe de 600 ETP (équivalents temps plein) dévolue à des décharges de direction supplémentaires pour la rentrée scolaire 2021. Quelle ne fut pas la déception du SNALC. 600 ETP s’avèrent clairement insuffisants. Dès lors, une discussion s’est engagée pour répartir au mieux ces 600 ETP.

Pour bien se rendre compte : pour les directeurs de classe unique, il faudrait presque 800 ETP pour passer de 4 jours de décharge par an à 1 jour de décharge par semaine, cela concerne 3500 directeurs sur 44000. Inutile de dire qu’il ne s’agissait pas de partager les parts d’un gâteau mais bien les miettes d’un biscuit et qu’il n’y en aurait pas pour tout le monde.

Si le ministère a annoncé qu’il s’agissait d’une première marche, rien pour l’instant n’est précisé sur la taille de « l’escalier », qui, sans programmation pluriannuelle, pourrait bien n’être qu’un marchepied… S’il ne pouvait refuser cette petite marche, le SNALC espérait une dotation bien plus large pour améliorer les conditions de travail de TOUS les directeurs.

Article tiré de la lettre électronique 34
« Mais où en est-on de la direction d’école en cette fin d’année 2020 ? »
Retrouvez l’intégralité du dossier ici :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email