Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

DES SYMPTÔMES ACCENTUÉS DANS LE PRIVÉ

DES SYMPTÔMES ACCENTUÉS DANS LE PRIVÉ

Par Maxime REPPERT
Secrétaire national aux conditions de travail et au climat scolaire
conditionsdetravail@snalc.fr
Le 17 décembre 2019

Régulièrement et depuis longtemps, le SNALC dénonce les maux qui gangrènent notre institution : isolement, culpabilité, management douteux, consommation de l’école par les parents et les élèves, politique du « pas de vague », violences physiques et surtout psychologiques.

Cette souffrance générée par les problèmes cités ci-dessus n’épargnent pas les établissements privés sous contrat. Bien au contraire, certains de ces symptômes sont plus marqués que dans le public. La faute à qui à quoi ?

  • L’autonomie accrue des chefs d’établissement pouvant conduire à une gestion déshumanisée des personnels et à une certaine opacité des pratiques,
  • La consommation de l’école avec des parents « clients » de plus en plus exigeants, d’autant qu’ils payent pour la réussite de leurs enfants,
  • Un « pas de vague » potentiellement plus prégnant que dans le public. Parce que la réputation des établissements du privé est plus importante que dans celle du public (des parents ne voudront pas mettre leur enfant dans une structure à la réputation mauvaise ou douteuse !). La pratique de la politique « de la poussière sous le tapis » est bien plus tentante,
  • Un isolement plus important : le chef d’établissement peut refuser l’accès de son établissement à un syndicat sans aucun justificatif, ce qui peut freiner le travail d’information syndicale, garant de l’affirmation des droits des collègues,
  • Une fragmentation prononcée : en effet, les différentes réformes (Collège et Lycée….) ont entraîné une rivalité (hostilité ?) entre le public et le privé. Cela pouvant entraîner une stigmatisation des collègues enseignant dans ce secteur.

Le SNALC rappelle qu’il syndique les personnels du privé (sous contrat) comme ceux du public. SI les établissements du privé symbolisent l’enrichissement au nom de l’éducation, nous rappelons aussi que ce fonctionnement d’entreprise (et cette production de richesse) se fait souvent sur le dos des personnels. Il va de soi que vous pouvez compter sur le SNALC pour connaître et affirmer vos droits.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi