Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Culture et citoyenneté numériques : tout ça pour ça ?

© istock_4x6-1246316496

Le 30 août, « en amont (paraît-il) de la rentrée scolaire », la DGESCO conviait les organisations syndicales à un échange sur la Charte pour l’éducation à la culture et à la citoyenneté numériques : un traité des bonnes manières online en trois axes sortis du chapeau des magiciens de la DGESCO et de la DNE, inscrit dans la continuité des décisions du Conseil de l’Europe, du Grenelle et des États généraux du numérique, inspiré des travaux du CLEMI, de la CNIL et de l’ARCOM, présenté comme évolutif au gré des constatations de l’année scolaire mais publiable d’ores et déjà à l’intention de toute la communauté éducative…. 

Si les contours de cette charte nous ont vite paru trop flous pour être viables sur le terrain, nous y avons cependant reconnu les ingrédients alléchants de l’Eldorado virtuel qui se cache derrière son petit doigt : une culture numérique permet d’exercer son statut de citoyen, le numérique augmente le pouvoir d’agir, contribue au développement de la pensée critique, est un espace de droits, fait vivre les valeurs qui fondent notre société démocratique, les écrans peuvent jouer un rôle constructif dans le développement des élèves, il contribue au développement de connaissances éco-citoyennes. 

Le SNALC n’est en aucun cas technophobe. Cependant, est-il besoin d’enjoliver à ce point dans un texte qui a vocation à raisonner nos pratiques quotidiennes, un outil que l’on sait être aussi très sournois ? 

Le SNALC a proposé une série d’amendements : « la communauté éducative doit apprendre aux élèves à respecter autrui et à ne pas accepter les comportements déplacés sur le web » quand la charte prévoit, dans ce cas, d’inciter les élèves à la simple délation. « Le droit à la déconnexion et ses enjeux en termes de santé et de respect de l’autre doivent être enseignés », « le numérique présente des risques », « il faut prévenir les addictions qu’il peut engendrer » : la Charte n’en faisait pas état. 

Pour le SNALC, la notion de citoyenneté numérique n’est pas à prendre à la légère. Ainsi, il n’est pas concevable que les efforts déployés à l’évoquer depuis des mois se soldent par un grand vide sur papier. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1469 du 7 octobre 2022