CNEWS – Coronavirus : vers une fermeture des écoles ?

« … Nous n’acceptons pas cette façon de présenter les choses. Pour nous c’est idéologique, c’est politicien et c’est même une forme de radicalisation du débat.… » (Jean-Rémi Girard)

Sur CNEWS, à quelques minutes de l’allocution du président, Jean-Rémi Girard revient sur la politique d’ouverture des écoles.
Cliquez sur l’image pour accéder à l’enregistrement :

À retrouver sur le site de CNEWS. Interview diffusée le 31 mars 2021 dans Morandini Live.

Citation:
Jean-Marc Morandini : On est en direct avec Jean-Rémi Girard qui est président du syndicat national des lycées et des collèges. Bonjour. Merci d’être en direct avec nous. Vous l’entendez cette rumeur qui monte de plus en plus sur l’éventuelle annonce de la fermeture des écoles, des collèges et lycées. Quelle est votre position ?

On entend la rumeur et on sait qu’on sera les derniers informés si jamais elle se réalise. On n’aura pas du tout été préparés. Nous disons comme, nous l’avons toujours dit au SNALC, que s’il faut choisir entre l’école et l’hôpital, on choisira l’hôpital car si le système de santé se casse la gueule, y compris dans les régions, c’est tout le reste qui va poser problème. Depuis octobre nous faisons des propositions pour maintenir les écoles, collèges et lycées ouverts : nous avions proposé au ministère en juin dernier la mesure des demi-jauges. Cela n’a pas du tout été anticipé ni préparé. Nous n’avons pas fait de plans d’investissement dans l’éducation pour recruter des personnels, trouver des locaux et du matériel informatique, afin d’organiser ça de manière beaucoup plus massive que ce qui est fait aujourd’hui. Si jamais on en arrive à fermer, ce sera très clairement un échec gouvernemental parce qu’on n’aura pas préparé l’école à cette situation là, on n’aura pas tout mis en oeuvre pour lui permettre de rester ouverte avec des conditions sanitaires correctes, notamment dans les cantines. Les cantines en collège, c’est absolument n’importe quoi par rapport à ce qui est appliqué dans les restaurants d’entreprise. On est très inquiets parce qu’on sait très bien que le retour de l’enseignement à distance, c’est beaucoup moins bien. Le fait d’avancer les vacances peut être une bonne mesure cependant.

Jean-Marc Morandini : On entend le gouvernement qui dit depuis plusieurs semaines que ce qui se passe dans les écoles est sa grande fierté. Contrairement aux autres pays européens, on est arrivés à garder les écoles ouvertes longtemps. C’était une victoire, une victoire justement par rapport aux autres pays européens où les écoles ont dû fermer. Vous la reconnaissez tout de même cette victoire du gouvernement, même si aujourd’hui, on va devoir peut-être fermer dans les heures qui viennent. Mais malgré tout les écoles sont longtemps restées ouvertes.

Nous n’acceptons pas cette façon de présenter les choses. Pour nous c’est idéologique, c’est politicien et c’est même une forme de radicalisation du débat. C’est à dire que tout ceux qui alertaient sur la situation dans les écoles ont été classés dans le camp de “mais vous voulez fermer les écoles, vous voulez le mal de nos enfants, vous voulez qu’ils se suicident etc.” cela a été toxique ! Toxique parce qu’on n’a pas pu entendre la nuance que nous formulions depuis des mois, qui était de dire : « on veut garder les écoles ouvertes, mais on ne peut pas le faire à n’importe quel prix, et on ne peut pas en faire une sorte d’étendard politique en disant qu’on est meilleur que les autres ». C’est insupportable en France de continuer à dire : « qu’on est meilleurs que les autres, on se débrouille mieux que l’Allemagne, on se débrouille mieux que l’Italie, on se débrouille mieux que tout le monde ». Cela n’est pas vrai et ça ne sert à rien.

Jean-Marc Morandini : Je voudrais qu’Olga Givernet, député de l’Ain réagisse.

[Réaction d’Olga Givernet, députée de l’Ain]

[…échanges…]

Jean-Marc Morandini : Essayez de vous écouter.

[réaction par rapport aux chiffres présentés par la députée] Les chiffres sont faux. Les taux d’acceptation des tests en collège et en lycée sont inférieurs à 20 % parce que ce sont des tests naso pharyngés. Il n’y a pas de tests salivaires en collège et en lycée. Les tests salivaires sont uniquement réalisés en école primaire avec un taux d’acceptation de 65 % ; ce sont les chiffres donnés par le directeur cabinet du ministre, donc ne me dites pas qu’ils sont faux ou alors allez lui dire.

Jean-Marc Morandini : Réponse d’Olga Givernet

[Réponse d’Olga Givernet, députée de l’Ain]

[…échanges…]

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email