Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Conseil supérieur des langues : une grosse commission

© Larry White Pixabay

Les langues sont un sujet d’une grande importance. Le Directeur Général de l’Enseignement Scolaire le rappelait récemment. Apprendre une langue vivante permet à l’élève de découvrir une autre culture et d’améliorer sa maîtrise d’autres langues, y compris de sa langue maternelle. C’est sans doute fort de cette conviction que le Ministère de l’Education Nationale a créé en janvier ce que certaines figures historiques françaises auraient sans doute qualifié de « machin » : Le Conseil Supérieur des Langues.

Les objectifs de ce nouvel organe interne à notre institution sont intéressants. Il s’agit de mener une réflexion sur la didactique des langues dans notre pays et de faire en sorte que la mobilité des élèves ne soit plus du domaine de l’exceptionnel par le biais de séjours portés à bouts de bras par les professeurs.

Tout ceci pourrait sembler prometteur et d’aucuns seraient en droit de trouver qu’en qualifiant le Conseil Supérieur des Langues de « machin », voire pire, le SNALC tombe dans l’outrance. Pour comprendre pourquoi nous sommes très critiques et n’attendons pas grand-chose de cette instance de réflexion, il faut simplement regarder qui le compose.

Les enseignants du supérieur y côtoient des membres de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire, des inspecteurs généraux, des directeurs, des recteurs, une psycholinguiste, un écrivain et un journaliste.

On peut signaler la présence des membres de la mission Manes-Taylor qui devaient il y a quelques années mener une grande réflexion – à laquelle le SNALC avait contribué – et qui déboucha sur… Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose.

Mais le SNALC ne souhaite pas s’appesantir sur les présents ni remettre en cause la volonté de ses personnes de mener une vraie réflexion de fond. Non, ce qui a de quoi nous gêner profondément, viscéralement, c’est une absence.

Vous l’aurez sans doute remarqué. Pas un professeur des écoles. Pas même un certifié ou un agrégé faisant face à des élèves dans un collège ou un lycée. Pas la queue d’un.

Dès lors, le SNALC est en droit de craindre que toutes ces personnes, si brillantes soient-elles, vont poursuivre sur la voie qu’elles ont choisi depuis des années, sans entendre que – sur le terrain – tout ne va pas si bien que ça. Et si elles se rendent compte que tout ne fonctionne pas parfaitement, elles risquent même de penser que c’est parce qu’on n’est pas encore allé assez loin.

Le SNALC espère sincèrement se tromper. Mais si l’avenir lui donne raison, il dira clairement au Ministère, pour citer le président de la République, que « ça ne va pas le faire ».