Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Congé parental, disponibilité, temps partiel : comment choisir ?

Lettre premier degré


CONGÉ PARENTAL, DISPONIBILITÉ, TEMPS PARTIEL :

COMMENT CHOISIR ?


Image par man-pedestrian-person-people-girl-woman-869452-pxhere.com

LE PREMIER DEGRÉ 46 – juin 2021
Par Sylvie Morante Cazaux, SNALC Premier degré
premierdegre@snalc.fr

Lorsqu’un enfant arrive au foyer après une naissance ou une adoption, ses parents peuvent envisager de réduire leur temps de travail pour lui consacrer plus de temps.
Ce choix n’est pas anodin et a des conséquences sur la rémunération mais également sur le poste, l’avancement, la retraite…
Il est donc important d’envisager tous les aspects de ces formules avant d’en faire la demande.

Quelle durée pour quel dispositif ?

Le temps partiel de droit pour élever un enfant et le congé parental prennent fin aux 3 ans de l’enfant ou à l’expiration d’un délai de trois ans à compter de l’arrivée au foyer de l’enfant adopté. Le temps partiel dure généralement une année scolaire et le congé parental est renouvelable par périodes de 2 à 6 mois.
La disponibilité de droit, elle, a une durée de cinq ans maximum renouvelable, dans la limite de 12 ans.

Quand faire la demande ?

S’il est possible de faire une demande de congé parental à tout moment pendant la période y ouvrant droit, la demande de temps partiel doit être faite avant le 31 mars de l’année précédant l’ouverture de l’année scolaire ou au cours du congé de maternité, de paternité ou d’adoption.
Quant au congé parental, aucun texte national ne fixe de délai pour en faire la demande. Il est donc primordial de se rapprocher du SNALC pour connaître les exigences de la DSDEN de son département.

Quelle rémunération ?

Le congé parental et la disponibilité ne sont pas rémunérés.
Pour le temps partiel, la rémunération est calculée au prorata de la durée effective de services. Seule une quotité de travail de 80% donne lieu à une sur-rémunération et à une quotité de rémunération de 85,7%.
Dans tous les cas, le PE peut percevoir la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE).

Est-il possible de conserver son poste ?

Pour le temps partiel, le poste est conservé. Cependant, un aménagement du poste peut être envisagé, notamment si le parent effectue des missions de remplacement ou de direction.
Concernant le congé parental et la disponibilité, le poste est perdu.
Le PE bénéficie à son retour d’une priorité au mouvement départemental pour intégrer un poste au plus près de son poste précédent.
À savoir, certaines DSDEN permettent la conservation du poste pour les PE en congé parental. Là encore, les représentants du SNALC sauront vous informer sur les pratiques locales.

Quel impact sur l’avancement ?

Les périodes de travail à temps partiel sont assimilées à des périodes de travail à temps plein pour la détermination des droits à avancement.
En congé parental ou en disponibilité, les droits sont maintenus dans la limite d’une durée de cinq ans pour l’ensemble de la carrière.

Et la retraite ?

Le temps partiel, le congé parental et la disponibilité de droit pour élever un enfant sont pris en compte comme un temps plein dans la limite de 3 ans par enfant.

Il s’agit ici des questions les plus courantes.
Si vous vous trouvez dans une situation particulière – stagiaire, arrivée d’un nouvel enfant, reprise après une disponibilité, congé maladie, demande d’interruption anticipée d’un congé, etc. – n’hésitez pas à contacter vos délégués du SNALC qui sauront vous répondre et vous accompagner dans vos démarches.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email