Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

CONDITIONS PRIVÉ(ES) ?

CONDITIONS PRIVÉ(ES) ?

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1460, juin 2019
Par Laurent VOITURET, responsable national SNALC du privé

Tout comme dans le public, travailler dans un établissement privé n’est pas de tout repos. Les chefs d’établissement demandent de plus en plus aux enseignants, dans des conditions de plus en plus difficiles et sur des temps de plus en plus contraints. Nos missions ne s’arrêtent pas à la porte de la classe…

ON RETROUVE LES MÊMES PROBLÈMES QUE DANS LE PUBLIC

  • Réunionites aiguë : réunions parents-professeurs, entretiens individuels avec les parents, réunions sur la réforme du collège et du lycée, organisation de séjours pédagogiques, projets annuels… Notre métier est devenu une véritable course d’obstacles.
  • La non reconnaissance du travail effectué : nombreux sont les collègues qui ne comptent pas leurs heures et qui ne reçoivent ni rétribution ni remerciements, ce qui entraîne un sentiment d’injustice et de lassitude.

IL Y A TOUTEFOIS QUELQUES DIFFÉRENCES

  • La faible présence des syndicats : les représentants syndicaux, y compris des syndicats représentatifs, ne peuvent pas rentrer dans un établissement privé sans autorisation préalable du chef d’établissement ; du coup l’application du droit syndical et la diffusion d’informations sont bien plus difficiles que dans le public. Le SNALC dénonce cette situation.
  • Un management renforcé : dans de nombreux établissements privés, la gestion RH des personnels repose sur une idée de rendement (à travers les moyennes et les taux de réussite aux examens). Pourquoi ? Car ils constituent une vitrine pour l’établissement et sa réputation. Cela est encore plus visible que dans le public car il y a un intérêt financier.
  • Le poids des parents se retrouve là aussi renforcé par rapport au public car ils payent et attendent des résultats, remettant plus facilement en cause le travail des personnels plutôt que celui de leurs enfants.

Le SNALC demande aux chefs d’établissement une meilleure visibilité syndicale dans les établissements, une meilleure prise en compte de la souffrance des collègues et un meilleur soutien des professeurs face aux parents, qui ne sont pas des « clients » auxquels il faudrait céder.¦

contact :
prive@snalc.fr

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi