Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Concours exceptionnels de recrutement dans le premier degré : pondus vite et mal 

© istock_Kerrick-185405051

Suite à l’annonce de Pap NDIAYE, fin août, le SNALC a pris connaissance mi-octobre du projet de décret relatif à la création de concours académiques exceptionnels de recrutement dans le corps des professeurs des écoles. Si le délai entre la com’ du ministre et le passage aux actes a été très court, le ministère est resté très fidèle à lui-même sur la portée du texte.

En effet, ces concours exceptionnels seront limités de 2023 à 2026 (le ministère espère que le CRPE va retrouver un vivier avec l’achèvement de la masterisation), et ne concernent actuellement que Créteil, Versailles et La Guyane, là où l’effectif de contractuels premier degré est extrêmement important. 

Le nombre potentiel de candidats a été estimé à 1391 contractuels : 665 à Créteil, 463 à Versailles et 263 en Guyane, pour 370 postes envisagés : 200 à Créteil, 120 à Versailles et 50 en Guyane, soit un ratio d’1/4, donc une sélectivité suffisante. En théorie, et si besoin, ce dispositif pourrait être étendu à d’autres académies. 

Ces concours seront ouverts aux agents publics ayant exercé pendant une durée minimale de 18 mois, des fonctions d’enseignement et justifiant d’un titre ou diplôme de niveau 5, soit un niveau bac +2 (niveau fondé sur un recrutement possible dès bac +2 pour les contractuels enseignants).

Le format prévu serait un écrit disciplinaire sur le champ enseigné et un oral (proche de l’oral 2 du CRPE). Le CNED mettra en place une formation pour ces concours. Par ailleurs, ces postes s’ajouteront aux postes ouverts au CRPE, traduisant une transformation d’emplois (de contractuels à titulaires). 

Si le SNALC est favorable à ces concours exceptionnels, il défend avant tout un meilleur traitement et la fin de la précarité pour tous les contractuels (premier et second degrés). 

Enfin, le SNALC alerte sur les risques d’une année de stage à temps complet pour les lauréats qui n’auront que 18 mois d’expérience voire moins, dans les fonctions d’enseignement. 

Pour le SNALC, régler une crise structurelle du recrutement par des mesures conjoncturelles, n’est-ce pas la meilleure façon de décourager voire d’envoyer au burn out ou/et à l’abandon le peu de collègues encore attirés par l’enseignement ? 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1470 du 4 novembre 2022