Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

COMITÉ DE SUIVI : LE BAC DES MENTEURS

Communiqué de presse du SNALC


COMITÉ DE SUIVI :

LE BAC DES MENTEURS


© : iStock – MaryAnnShmueli

Communiqué de presse publié le 25 juin 2021
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC

Le SNALC, par un vote unanime de son Bureau national, a décidé ce jour de cesser sa participation au comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique.

Si ce comité a pu servir au cours du temps à éviter quelques catastrophes, il n’est plus désormais qu’une coquille vide dont le ministre se sert pour sa communication, notamment devant la représentation nationale. Le SNALC ne peut cautionner cela. Il dénonce le passage en force du ministre, qui prend prétexte de la crise sanitaire pour porter la plus grave attaque que le bac ait connue depuis sa création.

L’augmentation sans précédent de la part du contrôle continu (bulletins) que Jean-Michel Blanquer s’apprête à annoncer est rejetée par la majorité des collègues. Alors même qu’il n’a cessé cette année de vanter la beauté et la grandeur des épreuves terminales du bac afin de maintenir son « grand » oral en pleine pandémie, le ministre va définitivement casser le diplôme. Tout est prêt pour créer des hiérarchies intermédiaires dans nos lycées, envoyer des inspecteurs et des chargés de missions nous expliquer comment bien évaluer durant l’année scolaire prochaine, cherchant à restreindre un peu plus encore notre liberté pédagogique. Nos collègues vont être plus que jamais soumis à la triple pression des élèves, des parents et de leur hiérarchie.

Le SNALC dénonce la duplicité avec laquelle tout le processus s’est déroulé depuis l’audition de Pierre Mathiot et du secrétaire général d’un syndicat de personnels de direction au Sénat.

Le SNALC rappelle qu’il a déposé un préavis de grève jusqu’à la fin des opérations du bac 2021, et il travaillera à organiser la résistance face à la mise sous tutelle des professeurs durant toute l’année 2021-2022.

Au milieu de ce bal des menteurs, le SNALC tient néanmoins à saluer le travail de Jean-Charles RINGARD, co-président du comité, qui a toujours fait preuve d’honnêteté et d’une implication réelle pour tenter d’améliorer les choses.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email