Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

BAC DE FRANÇAIS: LE MINISTÈRE EN PLEIN DÉLIRE

BAC DE FRANÇAIS

LE MINISTÈRE EN PLEIN DÉLIRE


© : drogatnev – iStock

Communiqué de presse publié le 17 septembre 2020
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr

Le SNALC ne peut que constater une fois de plus le mépris que voue notre ministère aux professeurs de lettres.

Dans un projet de texte sorti de nulle part et présenté ce jour en conseil supérieur de l’éducation, l’administration a encore alourdi la tâche de nos collègues, en imposant que la question de grammaire de l’oral de l’EAF puisse porter non seulement sur le programme de l’année, mais aussi sur l’intégralité de celui de seconde.

Ce n’est pas la première fois que le ministère agresse les collègues de lettres. Œuvres imposées, parcours imposés, multiplication des types d’exercices auxquels préparer nos élèves : la réforme du lycée avait déjà incroyablement chargé la barque. Le SNALC s’était battu avec succès pour éviter le pire, parvenant à faire réduire le nombre de textes imposés en voie générale comme en voie technologique, suite à un travail collectif mené en comité de suivi de la réforme.

Pourtant, alors même que notre administration est consciente des tensions existantes et des difficultés structurelles de recrutement de professeurs de lettres classiques comme de lettres modernes, elle en remet une couche. Son projet de texte n’a recueilli que 2 voix pour, contre 45 voix contre. La demande du SNALC de retrait du texte, elle, a été très majoritairement soutenue.

Le SNALC demande donc au ministère de retrouver ses esprits, et de ne pas publier le texte.

Dans le cas contraire, le SNALC appelle solennellement les futurs examinateurs à n’interroger que sur les points actuellement au programme de première, et les inspecteurs à soutenir et encourager cette démarche.