Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Anglais : des résultats vraiment “shocking” ?

© istock_ajr_images-1314569138

Les tests de troisième montrent que les élèves français ont des difficultés avec l’anglais. Plus d’un élève sur deux n’atteint pas le niveau A2.

Pour le SNALC, la situation n’est pas nouvelle et l’on se souvient  parfaitement de l’époque où des chefs d’établissement octroyaient le niveau A2 en faisant fi des évaluations des professeurs.

Par ailleurs, si nos élèves ont une oreille souvent mieux éduquée  et sont plus à l’aise pour prendre la parole en cours, cette aisance est souvent au service d’une langue très lacunaire.

D’aucuns disent que le problème vient de l’école primaire. Et le SNALC sera en partie d’accord. Nos collègues du premier degré ont la lourde tâche de construire un nouveau système langagier sur une maîtrise de la langue maternelle assez fragile et doivent souvent l’accomplir avec une formation de vingt heures. On peut leur tirer notre chapeau, mais force est de constater que cela ne peut pas fonctionner.

Pour le SNALC, le plus grave vient ensuite. Dans le secondaire, la langue est de plus en plus absente des cours de langue.

Elle a perdu du poids dans l’évaluation. La notion de tâche finale a fait entrer beaucoup d’éléments extralinguistiques dans les notes.

Elle a perdu du poids dans les contenus. Les objectifs culturels et les savoir-être ont pris le pas sur les objectifs langagiers. Ainsi, pour le collège, les contenus lexicaux et grammaticaux des programmes tiennent en un tableau d’à peine une page. Au lycée, un paragraphe rappelle leur importance… mais ils sont si importants qu’ils ont disparu.

Il a été décrété qu’il fallait parler la langue et non parler de la langue, passer de l’époque où l’on assommait les élèves à coups de grammaire à celle, dorée, où les élèves s’expriment, dans une logique immersive. Mais cela ne marche pas.

Les élèves s’expriment certes plus, mais plus mal, car ils ne maîtrisent pas le fonctionnement de la langue. La pratique immersive, entre français, à raison de deux à quatre  heures par semaine est juste une illusion. En fin de compte, les élèves stagnent parce que notre système passe d’un dogme à l’autre  sans être capable de nuance ni d’équilibre.

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1469 du 7 octobre 2022