Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Alerte sur les retraites

© istock_CalypsoArt-1081888680

Le SNALC ne cesse de parler des retraites pour que nos collègues soient bien au courant des projets, des analyses et des mauvais coups qui peuvent se préparer.

Au moment où le président de la République accélère la procédure de réforme, il est nécessaire d’attirer votre attention sur de curieuses attaques qui se multiplient contre les fonctionnaires.

Tout le monde sait bien que les retraites de l’Etat sont ou seront en déficit : les « Trente Glorieuses » sont loin, les décennies de démographie excédentaire (un million de naissances par an) ont fait place à des années où le taux de natalité est désormais inférieur à 2,1, taux nécessaire pour maintenir une population capable de subvenir aux pensions des retraités.

Les discours ambiants soulignaient encore récemment le déficit dû aux « régimes spéciaux » ; mais voici que depuis quelques semaines commence à courir une chanson anti-fonctionnaire préoccupante.

« Le véritable problème vient de la fonction publique dont le régime est structurellement déficitaire. Si l’employeur public cotisait comme un employeur privé, le déficit serait de 30 milliards d’euros » Ce déficit est en réalité financé par le budget général de l’Etat.  Il est vrai que l’Etat cotise pour ses fonctionnaires à hauteur de 74,3 %, alors qu’il ne cotise qu’à hauteur de 30,6 % pour la fonction publique territoriale et hospitalière. On nous explique donc que les fonctionnaires d’Etat coûtent un prix exorbitant. Le rapport du C.O.R. reconnaît ces 30 milliards  mais refuse d’admettre ces inégalités « quand les régimes sont placés sur un pied d’égalité, les taux pratiqués dans le public et le privé sont équivalents »

Dans la bataille qui s’engage, le SNALC demande instamment à nos collègues qu’ils enseignent ou non d’être très attentifs et vigilants. Car même si le C.O.R. refuse le raisonnement justement pour des raisons démographiques propres aux fonctionnaires, nous ne sommes pas à l’abri de coups de Trafalgar.