Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

AESH : Pour un vrai statut, une hausse des salaires et l’abandon des PIAL (pétition)

© istock_milindri-885306766
Nous exigeons du ministère des mesures immédiates pour obtenir un statut de fonctionnaire et pour améliorer les salaires et les conditions d’emploi des AESH

Les AESH ont mis au jour ces dernières années leur forte capacité de mobilisation pour dénoncer des conditions de travail et des salaires inacceptables. Des dizaines de milliers d’AESH subissent la précarité et sont aujourd’hui dans une situation de grande pauvreté aggravée par le contexte inflationniste actuel. Or, malgré la pression, le gouvernement reste toujours sourd aux revendications des AESH.

 

  • Pour la création d’un corps statutaire

 

La proposition de loi visant à créer un corps de fonctionnaires d’AESH mise au débat à l’Assemblée nationale a été balayée par le gouvernement d’un revers de main. L’accès au CDI au bout de trois ans ne reconnaît pas la valeur professionnelle des AESH, ne résout absolument pas l’absence d’attractivité du métier et laisse les AESH dans la même situation de précarité.

Nous dénonçons le recours au recrutement privé d’AESH : c’est la remise en question de l’accès au service public, de l’équité et de la responsabilité de l’institution. 

Les droits des AESH sont bafoués : le temps de pause est parfois sacrifié, les risques d’accidents du travail sont amplifiés par le nombre d’élèves accompagnés, les différents lieux d’intervention se multiplient, les trajets s’étendent, des AESH subissent des décisions de non-renouvellement en raison de leur situation médicale…

 

  • Pour une augmentation de salaire 

 

La grille salariale est totalement tassée sur les 3 premiers échelons. Les temps incomplets imposés placent la plupart des AESH sous le seuil de pauvreté et ne leur permettent pas de vivre dignement de leur travail.

Le versement d’une indemnité REP-REP+, dont le montant est en-deçà de 36% à celui que perçoivent les autres personnels exerçant en éducation prioritaire, et l’annonce d’une augmentation de 10% du budget alloué à la rémunération des AESH sans plus de détails, apparaissent comme une provocation.

 

  • Pour l’abandon des PIAL

 

La généralisation des PIAL a dégradé les conditions de travail pour les AESH : emplois du temps éclatés, remplacement au pied levé des collègues absentes et absents, déplacements du jour au lendemain sans aucun respect du travail ni de l’intérêt des élèves.

 

  • Pour l’abandon de la réforme des retraites

 

Le projet de réforme des retraites prévu par le gouvernement et visant à faire travailler plus longtemps est inacceptable.

 

Nous exigeons du ministère des mesures immédiates pour obtenir un statut de fonctionnaire et pour améliorer les salaires et les conditions d’emploi des AESH :

  • la création d’un véritable statut de la Fonction publique d’État, de catégorie B, pour reconnaître le métier d’AESH ;
  • l’augmentation des rémunérations de toutes et tous sur toute la carrière ;
  • la garantie de pouvoir travailler à temps complet sur la base d’un accompagnement élève à 24h ;
  • l’abandon des PIAL et de la politique de mutualisation des moyens ;
  • l’accès à une formation initiale et continue qualifiante à la hauteur des missions ;
  • le recrutement des AESH qui manquent pour permettre à tous et toutes les élèves en situation de handicap de bénéficier d’un accompagnement correspondant pleinement à leurs besoins ;
  • l’abandon du projet de réforme des retraites

 

Nous, signataires (CGT Educ’action, CGT Agri, CGT enseignement privé, FNEC-FP-FO, FO enseignement agricole, FSU, SNUipp-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNETAP-FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD, SUD rural, Sundep), disons notre détermination à avancer pour en finir avec l’insupportable précarité des AESH et leur garantir la reconnaissance d’un véritable métier.

Si le gouvernement restait sourd aux attentes légitimes, nous nous engagerions dans la mobilisation et la grève interprofessionnelle pour qu’aboutisse l’intégralité de nos revendications.

 

Lien vers la pétition en ligne :

https://la-petition.fr/aesh-pour-un-vrai-statut