Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

VOYAGE AVEC TALIS EN TERRES CONNUES

VOYAGE AVEC TALIS

EN TERRES CONNUES

Crédits : iStock – fcscafeine

Article rédigé par Maxime REPPERT, secrétaire national chargé des conditions de travail et du climat scolaire
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1440
Le 17 avril 2020

Talis signifie Teaching and Learning International Survey. Il s’agit d’une enquête internationale (portant principalement sur le niveau collège) initiée par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE). Elle permet des comparaisons dans le temps et l’espace des systèmes éducatifs, en donnant la parole aux enseignants et aux chefs d’établissement sur leurs pratiques professionnelles et sur les conditions d’exercice de leur métier. Deux enquêtes ont été menées auprès de 50 pays (dont la France) en 2013 et 2018 (4000 enseignants français de collèges interrogés). Pour cette dernière édition, les résultats ont été publiés en 2 volumes (juin 2019 et mars 2020).

Ces documents sont consultables librement à cette adresse : https://www.oecd-ilibrary.org/fr/éducation/talis_23129662

Même s’il s’agit d’un échantillon centré essentiellement sur le collège (ne prenant pas en compte la dégradation et la souffrance des derniers mois), le SNALC a remarqué que plusieurs des résultats avancés confirment ce que nous dénonçons depuis longtemps : une dégradation de la perception du métier et des conditions de travail.

Quelques chiffres illustrent bien cela :

  • 8% seulement des enseignants interrogés estiment que leur profession est valorisée dans la société (OCDE : 26% ; Singapour : 72%).
  • 80% des enseignants estiment éprouver un stress professionnel (50% dans une «certaine mesure»).

Au-delà des chiffres et de ces quelques exemples, il en ressort pour la France (comme pour d’autres pays) un stress professionnel important, un manque de considération économique (et sociétal), une multiplication et une surcharge des tâches, une formation jugée peu satisfaisante…

Ces enquêtes, comme d’autres, montrent qu’il est urgent de redonner aux personnels plus de dignité et de sérénité. Comme le précise le conseiller spécial du Secrétaire général sur les politiques éducatives « si nous attendons des enseignants et des chefs d’établissement qu’ils agissent en véritables professionnels, nous devons commencer par les traiter comme tels ».

Pour le SNALC, cela passe par une valorisation indispensable du métier. L’urgence est là.¦

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email