Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Voie pro : compte rendu d’audience avec la ministre déléguée

© istock_Raul_Mellado-916200574

Compte rendu du SNALC

Audience du 27 septembre 2022

avec la ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels

Le SNALC a rencontré, le 27 septembre 2022, la ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels, dans le cadre du projet de réforme du lycée professionnel à la rentrée 2023. La question de la demi-journée de découverte des métiers au collège a également été abordée, mais rien n’est clair, loin de là, pour le moment sur ce sujet.

La ministre a déclaré que pour l’instant, hormis l’augmentation de 50 % des PFMP et la rémunération versée par l’État aux jeunes, rien n’était encore acté. Elle a daigné préciser toutefois que la réforme se ferait dans un cadre national et serait très progressive, sans plus de précisions.

Le SNALC a tenu, en premier lieu, à informer la ministre de l’extrême stupéfaction et inquiétude des PLP nées des déclarations du président de la République sur le lycée professionnel. Il lui a signifié son opposition à l’augmentation de la durée des PFMP et a énoncé ses lignes rouges :

  • maintien du statut des PLP, pour les enseignants présents et avenir, avec 18h00 de service hebdomadaire, sur les 36 semaines de l’année scolaire sans annualisation.
  • Pas de PFMP pendant les vacances scolaires, le week-end, etc.
  • Établissement d’un bilan de la précédente réforme et de ses principales dispositions (familles de métier, co-enseignement, « chef-d’œuvre », mixité des élèves et des apprentis…)
  • Aucune nouvelle perte d’heures, notamment pour l’enseignement général.
  • Mixité des statuts juridiques non généralisée aux stagiaires de la formation continue.
  • Pas d’opposition de principe à l’apprentissage mais il ne doit pas être présenté comme un idéal. Et pour cause, il fonctionne mal pour les mineurs en formation infra bac et le lycée professionnel doit garder toute sa place comme voie de formation, et ne pas servir de roue de secours à l’apprentissage.

 

Nos questions concrètes…

  • Calendrier de mise en œuvre ?
  • Modalités des PFMP : heures, jours, semaines, pendant les vacances scolaires, etc. ?
  • Volume et contenu de l’enseignement général. La PSE, par exemple, fait-elle partie de l’enseignement général ?
  • Quelles sont les formations dites non insérantes et quelles sont les filières dites d’avenir ?
  • Le périmètre de l’autonomie des chefs d’établissement ?

… sont restées sans réponse.

 

Les PLP sortent tout juste de la transformation de la voie professionnelle, réforme structurelle lourde sans bilan alors même que les pertes d’heures d’enseignement dues au bac pro 3 ans produisaient déjà les effets négatifs que tous les PLP connaissent : manque de temps pour consolider les apprentissages d’un public en majorité fragile et difficultés à trouver des lieux d’accueil pour les PFMP, beaucoup d’entreprises exigeant des élèves majeurs. Ils sont épuisés par ces réformes perpétuelles qui se sont toujours traduites par une réduction du temps de formation et par une pseudo bienveillance pour la délivrance des certifications, principales raisons pour le SNALC des difficultés d’insertion professionnelle ou de poursuites d’études.

Cette audience n’a fait que conforter les craintes du SNALC quant à l’avenir des PLP et des conditions d’études et de poursuite d’études d’un tiers des lycéens.

 

Pour que le lycée professionnel ne devienne pas centre de formation professionnelle,
Pour la défense du statut et des conditions de travail des  Professeurs de Lycée Professionnel,
Tous en grève le 18 octobre.