Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Un meilleur traitement

Mot du président
 
Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1465 du 13 mai 2022

Il est désormais admis, jusque chez des éditorialistes pourtant peu amènes envers la fonction publique, que nos métiers manquent d’attractivité. Par sa grande présence dans les médias nationaux et locaux, le SNALC a d’ailleurs beaucoup contribué à cette évolution des mentalités, où l’on est en train de passer de « feignants privilégiés toujours en vacances » à « victimes d’un déclassement social visible dans les comparaisons internationales ».

Bien entendu, c’est souvent le métier d’enseignant qui est mis en avant, à raison. Les chiffres d’admissibilité aux concours de recrutement sont historiquement bas, les envies de départ historiquement hautes. Les conditions d’exercice du métier se dégradent dans le premier comme dans le second degré tandis que le temps de travail effectif ne cesse de croître. Le SMIC est en train de nous rattraper ; l’inflation nous a depuis longtemps dépassés ; et ce n’est pas la promesse d’un hypothétique dégel ponctuel qui y changera quoi que ce soit. Mais cette crise est plus étendue. AESH, AED, personnels de santé, chefs d’établissement même… c’est finalement toute la communauté scolaire qui est touchée.

Face à cette désaffection, notre précédent ministre avait une solution : le déni. Il n’hésitait pas à nous proposer de communiquer largement sur les merveilles propres à nos métiers, sur la grandeur de nos missions, afin de ne pas décourager le chaland. Manque de chance : le SNALC est un syndicat, et non une agence de com’. Donc nous continuons à dire le réel plutôt qu’à vanter l’illusoire. Par exemple, nous signalons que la fameuse « reconquête du mois de juin » n’a pas lieu, mais que, de surcroît, nous avons perdu le mois de mai (et probablement mars et avril en plus dès l’an prochain).

Au-delà de notre rôle de témoin et de révélateur, nous avons aussi un rôle d’aide, de proposition et de revendication. Nous sommes à l’écoute de votre souffrance au travail, et à même de vous proposer des solutions ou des pistes (mobi-SNALC, ligne d’écoute, colloques sur les alternatives professionnelles, etc.). Nous portons haut et fort l’exigence d’un rattrapage salarial pour l’ensemble des personnels, sans contrepartie. Nous dénonçons l’ineptie de certaines décisions politiques, telles que la modification de la place du concours, les annonces sur les mathématiques faites hors de tout bon sens calendaire, la déstructuration programmée de la voie professionnelle, les mutualisations à outrance d’AESH considérés de plus en plus comme des variables d’ajustement et de moins en moins comme des êtres humains dotés de professionnalisme. Nous sommes au plus près de votre situation individuelle, de votre carrière, de votre promotion, car nous sommes l’une des rares organisations représentatives de tous les personnels et ce, sur l’ensemble du pays.

Se substituant parfois aux missions de l’employeur, le SNALC est donc votre syndicat, celui de vos intérêts. Nous ne nous dispersons pas, et restons au contraire fixés sur notre objectif unique : vous offrir, enfin, un meilleur traitement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi