Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

TÉLÉTRAVAIL : QUEL COÛT RÉEL POUR LES ENSEIGNANTS ?

CONDITIONS DE TRAVAIL


TÉLÉTRAVAIL : QUEL COÛT RÉEL

POUR LES ENSEIGNANTS ?


© iStock – artisteer

Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1454 du 11 juin 2021
Par Stéphan AUBRIET, membre du Bureau académique du SNALC de Reims


La mise en télétravail d’une grande partie des salariés a eu chez bon nombre de nos concitoyens l’effet d’une révélation douloureuse : travailler à la maison revient cher.

Que n’a-t-on pas entendu en effet sur le coût d’un siège ergonomique, d’un écran, des consommables, du chauffage et de l’électricité ou encore sur la place prise à la maison pour pouvoir remplacer l’espace de bureau de l’entreprise !

Face à l’urgence, notre ministère a reconnu à très basse voix que les enseignants, qui ont pour la plupart un espace de bureau à la maison, avaient ainsi des frais professionnels importants.

Magnanime, il nous a octroyé une prime annuelle de 150 euros, de quoi finalement régler la… facture de consommables ! Quid du reste à charge ?

C’est un fait, les professeurs ont longtemps tu leurs revendications à ce sujet. Les professeurs étant d’anciens étudiants, ils se sont contentés de poursuivre cette habitude d’acheter des livres, du mobilier, du matériel informatique et, lors de leur installation chez eux, ont pris une pièce de plus pour le bureau.

Aujourd’hui, cette facture à régler chaque mois pour pouvoir travailler, cet espace professionnel pris sur l’espace privé ne vont plus de soi, tant les conditions de travail et de rémunération (sans parler de la reconnaissance) se sont dégradées.

Le SNALC demande donc, à défaut de pouvoir obtenir un espace de travail pour tous les professeurs dans leur établissement, une juste compensation à tous ces frais professionnels, tous les professeurs ne pouvant pas passer en frais réels

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email