Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

SUPÉRIEUR : OBLIGATION DE CERTIFICATION EN LANGUE ANGLAISE

SUPÉRIEUR :

OBLIGATION DE CERTIFICATION

EN LANGUE ANGLAISE

Source Wiki Commons – Pieter Brueghel l’Ancien : La Tour de Babel

Par Solange DE JESUS, membre du bureau académique du SNALC de Nancy-Metz
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1441
Le 15 mai 2020

« Les limites de ma langue sont les limites de mon univers. » Ludwig Wittgenstein

Un décret paru le 5 avril 2020 en toute discrétion, alors que le monde avait les yeux rivés sur la pandémie, rend désormais obligatoire la certification en anglais en Licence, BTS et DUT.

Murée dans un conformisme égalitariste et une vision technicienne de la société, l’Education Nationale planifie un formatage absolu de l’apprentissage des LV. Empêtrée dans ses apories idéologiques, elle fait fi de l’opinion de l’APLV, farouchement opposée à ce projet. Mais également de l’avis défavorable rendu par le CNESER, de la pétition des enseignants-chercheurs, tout comme de diverses motions d’associations de sociétés savantes de langue dénonçant cette mesure délétère pour l’enseignement de l’anglais dans le supérieur, concurrencé de manière déloyale par une certification non universitaire, délivrée par un organe d’évaluation externe et payant de surcroît ! Nombre d’élus locaux s’indignent aussi, craignant que cela ne décourage les étudiants de s’engager dans des formations bilingues transfrontalières, aux débouchés pourtant valorisants et rémunérateurs en Europe : se soucie-t-on réellement de leur réussite ?

On constate ainsi une dichotomie entre la culture de la diversité prônée par nos dirigeants comme une richesse de la société, et l’uniformité de l’offre linguistique vers laquelle tend implacablement le système scolaire français.

Les répercussions néfastes de ce décret à visée monolinguistique et monoculturelle risquent se faire cruellement sentir dans un avenir proche : sur le choix des langues dans le second degré, dans le supérieur et, in fine, sur le nombre de postes en LV. Sans doute l’objectif de l’Éducation Nationale est-il de faire de toutes les autres langues vivantes… des langues mortes ?

contact : info@snalc.fr

—————————–

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email