Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

SUD RADIO – Les enseignants sont-ils suffisamment soutenus et protégés ?

«...on atteint maintenant le paroxysme du drame humain, vraiment, malheureusement, ce n'est pas la première fois que je vois ce type de détresse dans le sens où nous avons des collègues qui sont frappés, qui sont insultés, qui sont menacés sur les réseaux sociaux, parfois en classe, parfois devant les établissements... »
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail du SNALC

Les enseignants sont-ils suffisamment soutenus et protégés? Question posée suite au rapport d’enquête décrivant la “vive inquiétude” de Samuel Paty dans les jours précédant son assassinat.

Maxime REPPERT, Secrétaire national aux conditions de travail du SNALC,  répond aux questions sur SUD RADIO le 22 novembre 2022

Sud radio

Nous allons laisser réagir notre invité Maxime Reppert sur ce qui vient d’être dit ?

Maxime reppert

J’ai lu ce rapport avec énormément d’émotions et d’indignation aussi. Et malheureusement, on atteint maintenant le paroxysme du drame humain, vraiment, malheureusement, ce n’est pas la première fois que je vois ce type de détresse dans le sens où nous avons des collègues qui sont frappés, qui sont insultés, qui sont menacés sur les réseaux sociaux, parfois en classe, parfois devant les établissements. J’ai le souvenir d’une collègue qui avait été braquée avec une arme factice, on s’en souvient tous, c’était il n’y a pas si longtemps que ça. 

On a des collègues qui se suicident et qui parfois mettent en cause directement leurs conditions de travail, donc effectivement c’est un  symbole très fort que celui de Samuel Paty. Mais comme ça a été dit au début de votre émission, je pense qu’il ne faut pas oublier également le quotidien. Il ne faut pas occulter une triste réalité. 

La réalité du pas de vague, la réalité de l’autocensure qui existe. Et au-delà de ça, je distingue néanmoins ces phénomènes d’agression verbale et physique avec d’autres problèmes comme ceux de l’atteinte à la laïcité qui parfois peuvent se rejoindre, mais parfois sont différents.

[…]

 Sud radio

Est-ce que vous considérez que l’assassinat de Samuel Paty a tout de même créé un choc positif au sein des hiérarchies de l’Éducation nationale ? 

Maxime reppert

Je pense que sur la question des menaces terroristes, oui je pense que ça a provoqué une forme d’électrochoc, c’est à dire qu’il y a je pense plus de sérieux dans la prise en compte de menaces lorsqu’elles sont remontées par rapport à cette thématique là, mais est-ce que le quotidien des enseignants a véritablement changé, est-ce qu’ils se sentent plus protégés ? Honnêtement, je ne pense pas. 

[…]

Sud radio  

Qu’est-ce qu’on peut faire ? Comment travaillez-vous au quotidien pour combattre toutes ces idées ? Qu’est-ce qui est mis en place ? Est-ce que vous êtes en relation avec les parents d’élèves, avec le ministère ? Est-ce qu’il y a des réunions qui sont organisées régulièrement, des formations ?

Maxime reppert

Par rapport à la question de la laïcité ou par rapport à la question de la violence ?

Sud radio

La protection et tous les sujets qui mettent à un moment donné tous les enseignements dans un, dans une situation compliquée.

Maxime reppert

En tant que prof, parce que je suis professeur d’histoire géographie, en tant qu’enseignant, j’essaie d’expliquer les notions qui sont importantes comme la question de la laïcité par exemple, je vous montre que la laïcité n’est pas de l’Anti religion, c’est avant tout pour préserver la liberté de conscience. Donc déjà expliquer cela aux jeunes, c’est la première chose. La 2e chose, en tant que syndicaliste, c’est de conseiller les collègues. Comment faire remonter un problème, comment éviter que ce problème passe sous le tapis ? Quelle attitude adopter vis-à-vis des élèves, vis-à-vis des parents, vis-à-vis de la hiérarchie pour vraiment faire que les collègues puissent se protéger et savoir faire un rapport d’incident ? Vous voyez ce genre de choses là, le SNALC accompagne les collègues de cette façon là, vraiment, pas à pas face à ce type de difficulté parce que heureusement comme ça a été dit, tout le monde n’est pas confronté à la violence. Tous les établissements ne sont pas des poudrières, et heureusement. Mais il y a quand même un malaise qui a tendance à se propager de plus en plus.

 

«...oui je pense que ça a provoqué une forme d'électrochoc, c'est à dire qu'il y a je pense plus de sérieux dans la prise en compte de menaces lorsqu'elles sont remontées par rapport à cette thématique là, mais est-ce que le quotidien des enseignants a véritablement changé, est-ce qu'ils se sentent plus protégés ? Honnêtement, je ne pense pas....»
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail du SNALC