Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

SUD RADIO – Enseigner est-il devenu un métier dangereux ?

« Mais la violence scolaire peut arriver n'importe où, et peut arriver dans n'importe quel établissement.»
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

La vidéo de l’enseignante frappée par un élève à Combs-la-ville le mois dernier avait fait couler beaucoup d’encre. Hier,  c’est dans le très sélect lycée Montaigne, situé dans le très sélect 6° arrondissement de Paris qu’une professeure de maths a été frappée à plusieurs reprises de coups de poing par un élève de seconde, après que celui-ci eut collé son front contre celui de l’enseignante. La professeure, victime d’une plaie ouverte et de plusieurs hématomes au visage, a dû être hospitalisée. L’émotion est immense dans le corps enseignant, le rectorat de Paris a d’ailleurs condamné la violence des faits et apporté son total soutien au professeur et à l’ensemble de l’équipe éducative d’où notre premier débat, enseigner est-il devenu un métier dangereux ?

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, syndicat de l’école au supérieur,  répond aux questions SUD RADIO le 30 novembre 2021 

Journaliste : À Combs-la-ville, on disait que c’était la banlieue et ses problèmes sociaux. Difficile de parler de quartier difficile pour le 6e arrondissement de Paris, Jean-Rémi Girard.

Jean-Rémi Girard

Oui tout à fait ! En premier mon syndicat le SNALC et moi apportons tout notre soutien à la collègue et à toute l’équipe. Cela permet probablement de se rendre compte qu’il y a effectivement des établissements difficiles ou qui peuvent concentrer des problèmes d’indiscipline, des problèmes parfois de violence, des problèmes sociaux  bien entendu. Mais la violence scolaire peut arriver n’importe où, et peut arriver dans n’importe quel établissement. Elle arrivera statistiquement moins souvent dans un lycée comme le lycée Montaigne mais cela ne veut pas dire qu’elle n’arrivera pas. On se rend donc compte qu’un adolescent va trop loin et a un geste de violence absolument inacceptable même dans un très grand lycée. C’est moins fréquent mais ça peut parfaitement arriver dans n’importe quel collègue n’importe quand, tout à fait. […]

Philippe Bilger […]

Jean-Rémi Girard 

Oui, on est tout à fait d’accord sur le constat. Effectivement, gérer la classe et faire valoir son autorité, il fallait quand même le faire dans le passé, cela ne fonctionnait pas d’un claquement de doigts mais c’était moins difficile qu’aujourd’hui, très clairement. On le voit, même les chiffres du ministère qui sont ce qu’ils sont, qui ont le mérite d’exister et d’être calculés de la même manière tous les ans montrent une augmentation lente mais continue  de la violence scolaire. Une violence qui est encore heureusement essentiellement verbale mais qui existe effectivement, aussi,  de façon physique. Dans le second degré, dans les collèges et les lycées, elle est essentiellement le fait des élèves. Ce qui peut-être aussi très inquiétant et qui montre aussi une certaine évolution de la société, c’est ce qui se passe à l’école primaire où les faits de violence sont répartis 50-50 entre les élèves et les parents. C’est-à-dire qu’il y a autant de parents qui peuvent agresser les enseignants que des élèves dans une école primaire. Donc on voit qu’il y a un rapport de plus en plus difficile envers l’institution scolaire, envers le métier de l’enseignant qui est un métier de plus en plus dévalorisé dans la société. Plus le métier est dévalorisé, plus l’autorité du métier devient compliquée à faire valoir. On est donc obligé de se réfugier dans l’autoritaire individuel, c’est-à-dire que c’est chaque enseignant qui va essayer d’avoir les armes, les techniques, les petites astuces pour faire en sorte que cela se passe bien mais l’institution elle-même n’est pas véritablement symboliquement protectrice.

Caroline Pilastre […]

Jean-Rémi Girard

La question des solutions, si on en avait une qui était miraculeuse, je pense qu’on l’aurait proposée depuis très longtemps au ministère de l’Éducation nationale. Mais là on est sur des évolutions qui d’ailleurs dépassent très largement le seul champ de l’école, ce sont des problèmes sociaux extrêmement graves et sérieux pour lesquels l’école arrive en bout de chaîne ; elle est l’endroit où on regroupe tout cela et on essaye que cela n’explose pas. Souvent, on fait plutôt bien notre travail d’ailleurs et cela n’explose pas trop mais parfois, face à un acte individuel absolument incontrôlé, on ne peut absolument rien faire pour prévenir. La question qu’est-ce qu’on peut faire après ? Vous avez parfaitement raison de dire qu’il y a besoin d’un soutien inconditionnel. C’est le cas ici, l’affaire est très médiatisée, mais on s’aperçoit quand même que depuis notamment l’affaire Samuel Paty, l’institution affiche nettement plus son soutien vis-à-vis des enseignants quand ces derniers sont agressés et vis-à-vis des personnels. La protection fonctionnelle de la fonction publique dont personne ne connaissait l’existence dans l’Éducation nationale est mise en place. Maintenant c’est quelque chose qui est très régulièrement accordé, la collègue va l’avoir sans aucun doute. Les collègues qui ont été agressés ces dernier mois l’ont eue systématiquement ; de même accompagner les collègues pour porter plainte, ce n’est pas quelque chose qui était forcément dans les moeurs. On se rend compte que l’institution se dit « on a peut-être laissé faire les choses un peu trop longtemps, il faut quand même qu’on montre un minimum qu’on ait derrière les personnels ». Et quand un personnel est victime d’une agression de cette nature, effectivement, protection fonctionnelle, dépôt de plainte, c’est le minimum syndical, c’est obligatoire et cela doit être fait même quand les affaires ne sont pas médiatisées. Au SNALC, on est là pour vérifier cela.

Michel Pouzol […]

Jean-Rémi Girard

Tout à fait d’accord avec ce que vous dites, il y a, je crois, un début de prise de conscience. Ce n’est pas pour essayer d’être positif pour être positif, mais il y a un début de prise de conscience. Nous nous en rendons compte quand même au niveau des institutions. Vous parliez par exemple que vous étiez représentant de parent d’élève, nous étions assez en tension avec les fédérations de parents d’élèves pendant pas mal d’années qui pouvaient avoir un peu ce comportement clientéliste, consumériste. Ça aussi c’est en train de changer, très clairement on se rend compte que les fédérations elle-mêmes se rendent compte de la violence et de l’agressivité d’un certain nombre de parents et de plus en plus servent d’intermédiaires pour rappeler ce qu’est l’Éducation nationale, pour rappeler comment ça marche aux parents. En fait, nous, nous éduquons les élèves et nous enseignons aux élèves. Les parents sont des adultes, il ne font pas partie de notre job, ils sont supposés responsables. On est extrêmement démunis dans ces types de situation quand le problème ne vient pas de l’élève ou uniquement de l’élève mais peut venir de la famille.  Je ne dis pas que c’est le cas ici  mais c’est quelque chose qui se manifeste de plus en plus. On l’a bien vu avec l’affaire Samuel Paty, que l’élève ait menti, c’est une chose, que le parent ait monté l’affaire de manière absolument hallucinante, c’est extrêmement grave. On a donc un problème social, d’un certain nombre de parents, il y en a beaucoup avec lesquels cela se passe heureusement encore très bien mais là on est extrêmement démunis. Il y a une seule catégorie de personnels qui à un moment peut faire quelque chose dans tout le système éducatif, ce sont les assistantes sociales, ce sont les seules qui ont une capacité, un pouvoir d’intervention pour aller voir ce qui se passe dans les familles, pour rendre des comptes des dysfonctionnements. Le problème c’est qu’elles sont très peu nombreuses, qu’elles sont débordées, et qu’elles n’arrivent pas à faire leur métier correctement.

Ludovic (auditeur) […]

Jean-Rémi Girard 

C’est un problème avec un certain nombre de familles. Une fois encore, c’est très important et Ludovic l’a très bien dit, le bien de l’enfant, je ne sais pas si Françoise Dolto serait d’accord avec moi, le bien de l’enfant c’est effectivement que les adultes montrent au maximum qu’ils sont d’accord entre eux et même s’il y a des tensions ne les révèlent pas. On peut parfaitement être en désaccord avec des parents d’élèves, ce sont des choses qui peuvent arriver, on est des adultes, on est en mesure de s’expliquer calmement. Ce qui est terrible, c’est quand l’enfant est au milieu de tout cela, il a d’un côté effectivement son attachement à ses parents, de l’autre côté, on l’espère quand même son attachement aux personnels de l’Éducation nationale et notamment ses enseignants et assistants d’éducation, il se retrouve, si j’ose, « le cul entre deux chaises ». Ça, c’est destructeur ! Je suis tout à fait d’accord pour discuter avec des parents qui disent : « ce n’est pas forcément comme ça que je pense » ; pas de problème discutons ! On a bien le droit. Ensuite, je ne fais pas de remarques sur la façon dont les parents élèvent leurs enfants. En revanche, on ne le montre pas à l’élève. Si à un moment, on doit se dire des choses sur lesquelles on n’est pas d’accord, on fait sortir l’enfant du rendez-vous, c’est vraiment quelque chose qu’il faut systématiquement faire, on règle les problèmes d’adultes entre adultes, et on fait revenir l’élève une fois qu’on a réglé le problème entre adultes.

« Donc on voit qu'il y a un rapport de plus en plus difficile envers l'institution scolaire, envers le métier de l'enseignant qui est un métier de plus en plus dévalorisé dans la société »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC