Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

La souffrance au travail des professeurs de lettres classiques (enquête)

© Pixnio_Bicanski

Malgré les annonces ministérielles des derniers mois laissant entendre un renouveau des LCA, sur le terrain, les professeurs de Lettres classiques souffrent et s’épuisent à faire survivre leurs disciplines de cœur, le latin et le grec.

En effet, nous sommes attaqués de toutes parts : horaires rognés car non fléchés, hostilité des collègues d’autres disciplines voulant récupérer les heures de marge, mépris des chefs d’établissement, négation de notre statut trivalent par des rectorats (oui, nous sommes bien professeurs ET de français, ET de latin ET de grec), réformes mettant en danger les options, quasi impossibilité de muter alors même que des postes restent non pourvus au mouvement.

La patience des professeurs de Lettres Classiques s’épuise, comme leur santé physique et mentale : si la majorité résiste encore et toujours, beaucoup d’entre eux, refusant de sacrifier davantage leur santé sans la moindre reconnaissance de leur travail, abandonnent la lutte.

Les témoignages de souffrance affluent au SNALC, à tel point que l’on peut se demander si tout n’est pas mis en œuvre pour organiser la mort de l’enseignement des LCA : dégoûter les professeurs en poste, faire fuir les éventuels nouveaux candidats aux concours – jusque dans la nouvelle mouture du CAPES. L’étoile des LCA serait-elle une naine blanche qui s’étiole ou une supernova éclatant de toute l’inventivité des professeurs avant de disparaître ?

Le SNALC, toujours soucieux des conditions de travail des enseignants et défenseur indéfectible des Langues anciennes, a décidé d’en avoir le cœur net et de faire un état des lieux de la souffrance au travail des professeurs de Lettres classiques. C’est pourquoi nous vous proposons de répondre à notre enquête avant le 30 juin.

 

Date limite de réponse : 30 juin 2022