Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

BFM TV – le casse -tête continue

«On va quand même accepter que des élèves qui sont cas contact à 9 h aillent manger ensemble à la cantine le midi. On en est à ce niveau d'incohérence »
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

Les annonces se multiplient, il devient de plus en plus difficile de s’y retrouver à la vielle d’un mouvement de grève sans précédent.

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, réagit face à Bruce Toussaint sur le plateau de BFM TV.

www.rmcbfmplay.com

[…]

Journaliste : 

Jean-Rémi Girard, votre sentiment sur ce troisième protocole en 8 jours ?

Jean-Rémi Girard : 

C’est un protocole comme on les aime, c’est à dire annoncé la veille pour le lendemain dans un média. Ce matin, avant de venir ici, les documents sur le protocole n’avaient toujours pas changé, c’est toujours le protocole précédent sur le site du ministère.

Journaliste : 

Juste sur ce point, j’entends depuis toujours, vu qu’il y a école tous les jours, il y aura toujours un protocole annoncé la veille ou l’avant veille d’une reprise.

 Jean-Rémi Girard : 

Non, ce n’est pas obligé.

Journaliste : 

On pourrait dire c’est pour lundi prochain ?

Jean-Rémi Girard : 

Oui, ce sont des choses qui se sont déjà faites l’an dernier. On prenait un tout petit peu le temps de préparer les personnels, de les prévenir sur leur messagerie professionnelle, c’est tout de même la moindre des choses, avant de mettre en place un nouveau protocole. Vous parlez du troisième protocole, nous avions déjà eu une modification le 31 décembre, cela fait 4. Sans compte l’accueil des personnels soignants, techniquement on est à 5 en fait.

Journaliste :

C’est vendredi que cela rentre en vigueur.

Jean-Rémi Girard : 

Tant mieux. Sauf que les parents pensent que ça rentre en vigueur aujourd’hui.

Journaliste : 

Il peut y avoir une confusion mais c’est bien vendredi que ça rentre en vigueur.

Jean-Rémi Girard : 

Il faut bien le dire à tout le monde que c’est vendredi, tout le monde ne regarde pas forcément le journal télévisé.

Journaliste : 

Pour les tests, c’est vendredi. On me le confirme dans l’oreillette. Mais en revanche pour aller chercher son enfant à la fin de la journée, c’est dès aujourd’hui.

Jean-Rémi Girard : 

Les personnels n’ont pas cette information. J’ai vérifié sur ma messagerie professionnelle avant de partir en me disant ils ont peut-être fait les choses bien. Non, on n’a rien, aucune information de notre employeur.

[…]

Jean-Rémi Girard : 

Nous ne sommes pas en télétravail, nous devons gérer le plus grand lieu de brassage du pays, cela ne minimise pas les problèmes qui se passent ailleurs, on en est parfaitement conscients. Au SNALC, nous comprenons parfaitement l’impact économique et le rôle de l’école. Nous aimerions qu’on traite les personnels de façon respectueuse. Cela fait un an et demi que nous avons demandé un plan d’investissement dans l’école, il ne s’est rien passé, il y a toujours des fenêtres qui n’ouvrent pas ou pas assez. Les fameux capteurs de CO2 doivent arriver, on nous en parle, ils ne sont toujours pas là. On ne sait pas si l’air circule correctement.

Journaliste : 

Cela ne relève-t-il pas des collectivités locales ?

Jean-Rémi Girard : 

C’est le ping-pong état-collectivité.

[…]

Jean-Rémi Girard : 

Un capteur de CO2 ne sert pas qu’à dire qu’il y a trop de CO2 mais aussi à dire que l’air circule mal dans la salle, parce qu’ouvrir la fenêtre n’est pas toujours possible à certains endroits.

[…]

Jean-Rémi Girard : 

Des fenêtres avec abattants, il y en a des tas.

[…]

Jean-Rémi Girard : 

C’est important de connaître le taux de CO2 car on se gèle dans les salles de classe.

[…]

Journaliste :

Vous êtes en grève jeudi ?

Jean-Rémi Girard : 

Oui, en grève jeudi. Je crois que ce qu’a annoncé Jean Castex peut simplifier certaines démarches administratives, nous sommes d’accord, il le fallait. Cela ne répond pas aux nécessités de fond de l’école, cela ne répond pas aux problèmes du respect des personnels car c’est encore annoncé du jour au lendemain. On a bien vu que même pendant cette émission personne n’a la même information. Accessoirement, il y a un dernier point à poser : est-ce qu’on veut réellement limiter la circulation du virus à l’école ? En fait on allège le protocole sanitaire de plus en plus à chaque fois. Si on ne le veut pas, qu’on nous le dise et on enlève les masques.

On va quand même accepter que des élèves qui sont cas contact à 9 h aillent manger ensemble à la cantine le midi. On en est à ce niveau d’incohérence.

[…]

Journaliste : 

On va suivre cette journée de jeudi qui va être un peu compliquée même si si elle a été annoncée bien à l’avance pour que chacun puisse s’organiser.

Jean-Rémi Girard : 

Il n’y a pas que les enseignants, il y a les chefs d’établissement et les inspecteurs.

Journaliste : 

Les parents d’élèves s’y sont mis, les fédérations de parents d’élèves, une fédération en fait. Merci.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email