Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Revalorisation salariale : c’est du pipeau

© iirliinnaa de Pixabay

Selon l’instruction ministérielle du 10 septembre 2021, le reclassement des AESH recrutés avant le 1er septembre 2021 devait se faire par avenant. Or, plus du quart d’entre vous n’a pas reçu d’avenant. Mais nous savons que notre questionnaire ayant été diffusé fin novembre, beaucoup d’entre vous ont finalement reçu cet avenant de reclassement courant décembre.

Toutefois, cette même instruction ministérielle demandaient aux recteurs de mener les opérations de gestion de manière à ce que le reclassement soit traduit au plus tard sur la paye de novembre.

Ce qui explique que près de 53% ont reçu l’avenant par mail sur leur messagerie académique et 11% l’ont reçu à leur adresse mail personnelle. Il fallait aller vite (seuls 27% des AESH ont reçu l’avenant par courrier postal à leur domicile), tandis que la règlementation stipule que la proposition est adressée à l’agent par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre contre décharge.

39,4% des AESH ont reçu l’avenant de reclassement la 2ème quinzaine de novembre, pour 24,5%, la réception a été lors de la 1ère quinzaine de novembre, et enfin pour 20,9%, ce fut la 2ème quinzaine d’octobre.

Les avenants de reclassement sont donc très majoritairement parvenus aux AESH entre le 15 octobre et le 30 novembre, conformément aux préconisations ministérielles.

Par contre, presque 70% des AESH ont eu moins de 15 jours pour signer et retourner ce document à leur employeur (17,3 % n’ont eu aucun délai), ce qui laisse peu de temps pour la vérification… (le délai pour accepter ou refuser un avenant est de 1 mois à compter de la date de réception).

Pour 10% des AESH, l’avenant comportait une erreur sur l’ancienneté de contrat conservée. Si vous êtes 49,3% à affirmer que votre avenant de reclassement ne comportait pas d’erreur, le SNALC est inquiet en lisant que 35,1% d’entre vous ne savent pas si leur avenant comporte une erreur.

Lorsque vous avez le moindre doute sur un contrat, un avenant ou tout autre document, ayez le réflexe SNALC : aesh-avs@snalc.fr

5,9% des AESH ont eu recours à un syndicat pour rectifier une ou plusieurs erreurs. Mais combien d’erreurs subsistent ? Il n’est pas trop tard pour nous interroger.

Pour seulement 69% des AESH, la régularisation sur paye (avec effet rétroactif au 1er septembre 2021) a eu lieu en novembre. Les autres ont dû patienter jusqu’en décembre…

Enfin, vous êtes 57% à estimer que la revalorisation salariale mensuelle dont vous bénéficiez à compter de septembre 2021 est très insuffisante et 31,3% à estimer qu’elle est insuffisante.

Au total, pour 88,3% d’entre vous, la revalorisation salariale n’est pas à la hauteur de vos attentes.

De même, 80,3% d’entre vous jugent la nouvelle grille de rémunération indécente (elle l’est d’autant plus avec la dernière hausse du SMIC horaire brut au 1er janvier 2022), et 64% considèrent que cette nouvelle grille indiciaire n’est pas une avancée pour la professionnalisation et la revalorisation des AESH.

2022 sera donc une nouvelle année de combat pour les AESH afin que votre professionnalisation aboutisse.

Soyez assuré(e) que le SNALC se battra à vos côtés jusqu’à ce que vos revendications – un vrai statut, un vrai salaire, l’abandon des PIAL – soient enfin traduites dans les faits.

 

Danielle Arnaud, secrétaire nationale chargée des contractuels, aesh-avs@snalc.fr