Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Revalorisation: du plomb dans le grenelle

Mot du président

Jean-Rémi GIRARD
Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1451 du 19 mars 2021

Ce devait être une formidable opération de communication, permettant de réfléchir de façon approfondie sur le système éducatif et d’embarquer la société entière (et le reste du gouvernement ?) sur la cause des enseignants. Un grand colloque scientifique, des « États-Généraux », plus de 150 heures de réunion… et tout ça pour ça.

Certes, la situation sanitaire n’a pas aidé, mais ce serait dédouaner un peu vite le ministère de ses intentions discutables. Le SNALC, fidèle au poste, et dans l’optique de vous rendre compte dans le détail de la teneur des échanges, a assisté à tous les ateliers, et est également de tous les groupes de travail de l’agenda social.

Le résultat est là. Nous avons lu les dix synthèses (une par atelier), et nos responsables les ont analysées. Le bilan est sans appel : on a eu droit très exactement à ce que l’on craignait. Je cite quelques expressions représentatives de mes collègues : « un monologue où tout est préparé », « la tenue de cet atelier fut inadmissible », « aucun cadrage rigoureux du sujet », « une mascarade », « ridicule au regard des problèmes quotidiens rencontrés dans l’ensemble de nos métiers », ou bien encore « une synthèse de discussions de comptoir ».

La palme revient sans nul doute à la synthèse de l’atelier revalorisation, où le rédacteur va jusqu’à se réjouir du départ d’organisations syndicales représentatives car cela a permis, selon lui, de « rééquilibrer la composition du groupe ». On a perdu des gens qui s’y connaissaient, et on les a remplacés par d’autres qui n’y connaissaient souvent pas grand-chose : sacré progrès !

Le SNALC, lui, est resté jusqu’au bout, car nous nous sommes fixés l’objectif de vous informer dans le détail. En effet, c’est normalement à partir de ces synthèses que le ministre est supposé faire des annonces, dans un futur plus ou moins proche et toujours incertain. Vous pouvez ainsi juger sur pièces du processus, de la « représentativité » des ateliers, du degré de connaissances techniques et professionnelles de nombre de ses participants, et de la façon dont les débats ont été encadrés, pour ne pas dire orientés.

Enfin, le SNALC a lui aussi une synthèse à soumettre à votre avis. Alors même que la question de la rémunération des personnels enseignants et assimilés ne fait plus débat, alors même qu’hommes et femmes politiques de tous bords n’avaient pas assez de trémolos dans la voix pour dire à quel point l’École était un des piliers de la République, alors même que le funeste projet de réforme des retraites avait mis au jour de façon limpide à quel point la part fixe de la rémunération des professeurs était pitoyable, nous voici aujourd’hui avec dix synthèses parfois intéressantes, souvent irritantes et régulièrement inacceptables. Nous voici sans aucune garantie de revalorisation pluriannuelle, sans aucun projet de loi chiffré, à un an de la fin du quinquennat. Il y a un an, le 26 février 2020, Jean-Michel Blanquer déclarait vouloir « faire du prof français le professeur le mieux payé d’Europe, en mettant le paquet ». Un an après, nous en sommes toujours au même point : le point mort. Notre question est la suivante : y a-t-il un ministre à l’Éducation nationale, avec une volonté et un poids politique suffisants pour faire avancer la cause des personnels ? Notre réponse est sans appel : non. Il y a juste une agence de com’.

Le président national, Jean-Rémi GIRARD

le 19 mars 2021

—————————-

Lire aussi : GRENELLE DE L’ÉDUCATION : ANALYSE CRITIQUE DES SYNTHÈSES
Synthèses de travaux des ateliers du grenelle & analyses critiques du SNALC

Cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger ce numéro :

.