Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Retour sur le GT médecins scolaires du mardi 29 juin 2021

© Peggy und Marco Lachmann-Anke-1015313_pixabay

Le thème :

Examen des propositions du ministère en matière de revalorisation indemnitaire des médecins et des médecins conseillers techniques. Le ministère propose une revalorisation forfaitaire de 12 % de l’I.F.S.E. soit 1 200 euros brut par an pour les médecins et 1 500 euros pour les médecins conseillers techniques, et une convergence indemnitaire qui donnera 570 euros de plus pour les médecins et 240 euros pour les médecins conseillers techniques, ce qui représente une revalorisation de 18 % ou 1 770 euros brut par an pour les médecins et de 14 % ou un gain de 1 740 euros brut par an pour les médecins conseillers techniques. Toutes ces augmentations seront effectives à compter du 1er janvier 2021.

Les débats :

Ils ont surtout consisté à réclamer une revalorisation indiciaire ; à considérer que les augmentations proposées de l’IFSE (indemnité de fonction, de sujétion et d’exécution) sont largement insuffisantes. Toutefois, il a été révélé que les montants d’indemnité différaient énormément entre académies : de 800 à 1000 euros par mois, de même que pour le versement du C.I.A. (complément indemnitaire annuel)  De même, ils ont démontré que le nombre des médecins scolaires ne cesse de baisser. On s’est plaint également que l’indemnité de REP + ne soit pas versée aux médecins alors que leurs interventions se passent très souvent auprès d’élèves fréquentant ce type d’établissement.

Les organisations syndicales présentes sont satisfaites de la convergence indemnitaire que fait le ministère. Les contractuels sont recrutés à l’indice 743 et passent en six ans à l’indice 792 puis 830 au point qu’il est presque plus intéressant d’être contractuels que titulaires. A plusieurs reprises, sont évoqués les accords du SEGUR et déplorés qu’ils ne s’appliquent pas aux médecins.

LE SNALC A INSISTÉ SUR :

Le SNALC a déploré que l’indemnité de REP + ne fût pas versée aux médecins qui interviennent pourtant beaucoup dans ce type d’établissement.

Il a confirmé que c’est le ministère de la fonction publique qui s’est opposé lors de la création des IFSE à l’existence d’un seul groupe de fonctions.

Le SNALC a surtout souligné la diminution du nombre de médecins entre 2015 et 2021, car il est passé de 1300 à 960 et peut-être moins encore. A ce rythme, il n’y aura plus de médecins scolaires dans un avenir proche. Comment le ministère qui a pris tant de mesures pour conserver en son sein les attachés d’administration laisse-t-il s’aggraver une telle situation ? Envisage-t-il le moment où il n’y en aura plus ? A moins qu’il ne laisse volontairement la situation s’aggraver pour se débarrasser des médecins et des infirmières entre les mains des collectivités territoriales malgré ses dénégations de janvier 2021 ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email