Quelques informations sur le départ à la retraite

© 572367-pxhere.com

Le départ à la retraite nécessite préparation, anticipation et vérification. Les pensions de retraites des professeurs des écoles sont loin d’être conséquentes, d’autant plus si le départ se fait en catégorie active. Le SNALC vous donne quelques recommandations et divers points d’information.

 

Vérifier sa carrière

Les professeurs des écoles n’ont pas tous été enseignants durant toute leur carrière et certains, appelés poly-pensionnés, ont connu une carrière dans le privé. Avant de demander sa radiation des cadres, le SNALC conseille de vérifier son nombre de trimestres cotisés au moment du départ désiré sur le site info-retraite.fr. La Cour des Comptes a d’ailleurs récemment pointé un doublement des erreurs sur les prestations retraite du régime général, plus souvent au détriment des bénéficiaires qu’à leur avantage. ENSAP quant à lui est désormais l’interlocuteur unique pour une carrière dans la fonction publique ; il ne prend pas en compte les trimestres cotisés dans le privé.

La bonification par enfant, selon que l’enfant soit né avant ou après l’entrée dans la fonction publique par exemple, les congés bonifiés, les interruptions de carrières, les temps partiels, etc… Tout doit être vérifié bien en amont de la demande de radiation des cadres car toute omission ou erreur requerra du temps pour être corrigée par les différentes caisses de retraite ou par notre administration.

 

Demander une aide financière

Le décret n°2006-21 relatif à l’action sociale au bénéfice des personnels de l’État précise que les retraités de l’État peuvent également y avoir droit.

L’action sociale se décline en 3 catégories :

1/ L’action sociale interministérielle, qui propose 2 dispositifs : l’aide au maintien à domicile (AMD) et les chèques-vacances,

2/L’action sociale déconcentrée, qui peut venir en complément par l’intermédiaire des SRIAS (sections régionales interministérielles d’action sociale),

3/ L’action sociale départementale ou académique.

L’Action sociale d’initiative académique (ASIA) peut accorder une aide au départ à la retraite, destinée à accompagner la baisse de revenus, en fonction d’un plafond. Les crédits étant limités et les demandes soumises à une date limite, il faut impérativement se renseigner dès le mois de septembre si possible, c’est-à-dire dès le premier mois de versement de la pension, auprès de sa DSDEN ou du rectorat.

L’Action sociale départementale peut également être sollicitée. Elle vient en aide aux personnels retraités rencontrant des difficultés financières passagères et exceptionnelles par l’attribution d’une aide d’urgence ou d’un prêt de secours.

 

Cumuler retraite et activité

Le métier devenant de plus en plus difficile, beaucoup de collègues de catégorie active n’ayant pas le nombre de trimestres requis pour percevoir une pension à taux plein préfèrent néanmoins demander leur radiation à partir de 57 ans. Il en est de même des « sédentaires » pour qui travailler en classe au-delà de 62 ans ne peut plus se concevoir. Et en ce qui concernent les PE partis à la retraite pour invalidité, ils se retrouvent bien souvent obligés de retravailler pour survivre. L’administration ne proposant pas d’aménagements de fins de carrière, les professeurs des écoles retraités se tournent alors, s’ils en ont l’opportunité ou la possibilité, vers une activité afin d’améliorer leur niveau de revenus.

Tout fonctionnaire retraité peut cumuler pension de retraite et revenus d’une activité professionnelle. Cependant, des conditions et plafonds de revenus existent. Il est impératif de bien s’informer sur retraitedeletat.gouv.fr et d’évaluer sa situation avant de se lancer.

 

De plus en plus de professeurs des écoles repoussent leur départ à la retraite, au détriment de leur santé, dans l’espoir d’atteindre un niveau de pension décent. Il ne faut donc pas hésiter à solliciter le service d’action sociale des DSDEN pour connaître ses droits.

Le médiateur de l’Éducation nationale, dans son rapport de 2020, a pointé la nécessité d’un accompagnement des professeurs, qualifiant la transition vers la retraite de « mal préparée ». Au goût du SNALC, il reste également une injustice à corriger : l’inégalitaire date du départ à la retraite, celui-ci devant obligatoirement avoir lieu un 1erseptembre pour un professeur du 1er degré, et non à la date anniversaire des 62 ans. 

Les déclarations du chef de l’Etat le 12 juillet 2021 ont relancé les inquiétudes sur la réforme des retraites, avec le mauvais présage d’un recul éventuel de l’âge légal de départ à la retraite vers 64 ans. La réforme des retraites serait réactivée une fois la situation sanitaire plus apaisée, ce qui veut dire pas avant 2022 selon la presse spécialisée. En attendant, le SNALC engage les professeurs des écoles, actifs ou retraités futurs, à étudier et vérifier leurs droits afin de faire valoir la reconnaissance de ces derniers si nécessaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email