Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Projet d’établissement : ne restez pas ignorants !

© istock_Bulat-Silvia-1252889207

Le président de la République a avoué, devant les recteurs, ignorer qu’il existât un objet appelé projet d’établissement. Pis que cela, selon lui, cette ignorance est partagée dans l’Éducation nationale. Si le chef de l’État connaît désormais le rôle du projet d’établissement, il faut que les professeurs soient conscients, eux aussi, de son importance. 

À l’heure où il existe une volonté politique de mener une véritable « révolution copernicienne » dans l’Éducation nationale, la mention du projet d’établissement devant les recteurs peut ne pas être pleinement innocente. 

Sans aller jusqu’à faire de nos dirigeants des Machiavels, gageons que cette découverte a pu leur permettre d’entrevoir des leviers d’action – ah, le beau jargon. 

Les lecteurs assidus du SNALC connaissent l’article L.912-1-1 du code de l’Éducation. 

« La liberté pédagogique de l’enseignant s’exerce dans le respect des programmes et des instructions du ministre chargé de l’éducation nationale et dans le cadre du projet d’école ou d’établissement avec le conseil et sous le contrôle des membres des corps d’inspection […] » Ainsi, quiconque veut faire passer des réformes allant à l’encontre de notre liberté pédagogique, quiconque veut nous ravaler au rôle d’exécutants, dispose de deux outils : les programmes et instructions officielles d’une part, le projet d’école ou d’établissement d’autre part.

 Sur les premiers, l’institution est un peu coincée. Il y a une forme de contrôle assurée par les syndicats. Le SNALC veille d’ailleurs à retirer des programmes tout ce qui empêche l’exercice de la liberté pédagogique. 

Le projet d’établissement est beaucoup plus dangereux, pernicieux. On l’ébauche en groupes de travail… mais, après dialogue avec le rectorat, l’objet devient souvent un document administratif qui n’a plus rien à voir avec le travail des professeurs. 

Ajoutons que, désormais, les évaluations d’écoles ou d’établissement vont permettre à des experts extérieurs à l’établissement ou à l’école, dont des inspecteurs, d’intervenir dans la rédaction des futurs projets. 

La vigilance de chacun s’impose, sur le terrain. Et le SNALC est là pour vous épauler. 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1468 du 9 septembre 2022