Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Programmes premier degré et collège

PROGRAMMES PREMIER DEGRÉ ET COLLÈGE :

LE SNALC A TRANSFORMÉ DES AJUSTEMENTS EN AMÉLIORATIONS

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1429, mai 2019
Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national à la pédagogie ;
Xavier PERINET-MARQUET, membre du Bureau national ;
Valérie LEJEUNE LAMBERT, représentante du SNALC au Conseil supérieur de l’Éducation ;
Cécile DIENER-FROELICHER, responsable SNALC lettres classiques

Lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 12 juillet 2018 comme dans la préparation de ce temps de consultation des organisations syndicales, le SNALC a joué son rôle à plein. Ces ajustements, début de « l’ère BLANQUER », pouvaient laisser présager de bonnes choses. Alors que la Réforme du Collège n’avait, en 2015, laissé aucune place à la concertation, cette fois, le SNALC a été écouté et même plutôt entendu.

MATHÉMATIQUES

Comme le réclamait le SNALC, le principe des quatre opérations a fait son apparition en cycle 2. Il n’est nullement question que les élèves les maîtrisent dès le CP. Mais leur étude commence plus tôt qu’auparavant et c’est une bonne chose. Le reste des changements a plutôt été formel. Mais le SNALC a apprécié la présentation plus claire et moins contraignante. L’on a notamment vu apparaître des exemples d’activités pouvant inspirer plutôt qu’imposer.

FRANÇAIS

En 2015, le SNALC avait combattu le nouveau jargon de l’étude de la langue. Cette lutte ne se résumait pas à une guerre contre le « prédicat », même si ce dernier en était l’un des symboles forts. En 2018, la grammaire du français, dans les cycles 3 et 4 principalement, a sans doute été le domaine où le SNALC a été le plus écouté. In extremis, l’administration a bien tenté de faire machine arrière, mais nous sommes parvenus à empêcher la volte-face. Le cycle 2 a connu moins de changements. Mais il s’agissait du moins mauvais des trois cycles.

EMC

La réécriture du programme s’est faite en faveur d’une meilleure organisation. Le SNALC s’était clairement prononcé contre « la culture de la sensibilité » et contre les débats à organiser au cycle 2. L’EMC est une discipline qui doit être réflexive et les débats méritent de venir plus tard. Sur ces deux sujets, le SNALC a obtenu gain de cause. Malheureusement, si la forme et quelques points ont pu être modifiés, les grands thèmes sont restés les mêmes.

Au regard des avancées obtenues en français et en mathématiques, le SNALC a décidé de se prononcer en faveur des modifications apportées à ces programmes par un vote pour au Conseil Supérieur de l’Éducation. Comme les programmes d’EMC étaient ceux qui avaient le moins changé et afin de rappeler son opposition face au dogme des cycles – sur lesquels le ministre avait pourtant affirmé qu’il souhaitait revenir – le SNALC a montré qu’il restait sur sa faim en s’abstenant. Le SNALC regrette que les repères annuels produits ne soient pas règlementaires : les cycles demeurent aujourd’hui la norme, contrairement à ce que le ministre avait annoncé.

AUJOURD’HUI

DANS LE PREMIER DEGRÉ :

Face à la volonté affichée de centrer les enseignements sur les fondamentaux, le SNALC souhaite une réflexion sur l’inflation connue par certains programmes avant 2018 ainsi que sur la place des langues.

AU COLLÈGE :

Au regard des nouveaux programmes du Lycée général et technologique, qui sont clairement plus lourds et plus ambitieux, le SNALC considère souhaitable une réflexion sur l’adéquation collège / lycée. On constate déjà que le passage de l’un à l’autre pose problème. Il ne faudrait pas que le fossé se creuse.?