Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Profs : trop de sou(s-)missions

© istock_InsideCreativeHouse

Le président Macron a affirmé, par le biais d’un député, qu’il faudrait « diversifier les tâches complémentaires » des professeurs1. Pourtant, si vous êtes enseignant aujourd’hui, vous êtes déjà accaparés par des tâches aussi diverses que :

Remplir des bulletins à rallonge : 

vous devez détailler les parties du programme étudiées et les compétences travaillées avant de formuler une appréciation qui développera des axes de remédiation. Le résultat ? Que de temps passé à compléter des bulletins, avec le risque de devoir recommencer si ce n’est pas assez « bienveillant » ! 

Assister à d’innombrables réunions : 

que d’heures de pauses du midi sacrifiées à cause de réunions « plans remédiation », « conseils de socle », … ! Sans compter le temps consacré à remplir des fiches pour justifier de tout et de rien. 

Expérimenter la pédagogie différenciée :

vous passez également beaucoup de temps à préparer des cours et évaluations adaptés aux élèves à besoins particuliers afin de compenser la baisse des places dans les structures spécialisées et hospitalières.

Répondre aux messages professionnels :

vous êtes censé rester disponible à toute heure pour répondre à des messages dont le nombre croît chaque jour, et sur deux messageries différentes en prime ! 

Piloter l’orientation des élèves : 

professeur principal, vous remplacez les PSY-En, en voie d’extinction. Vous nouez moult partenariats (avec des entreprises …), organisez des sorties pour votre classe que vous accompagnerez bien sûr (à des foires, des forums …). 

Il fut un temps où enseigner était le coeur du métier d’enseignant. Ce qui compte désormais le plus dans la carrière d’un professeur, ce n’est plus ce pour quoi il a été recruté initialement, c’est tout ce qu’il y a autour, toutes ces tâches périphériques chronophages qui changent à chaque réforme et qui fatiguent les enseignants. 

Qu’est-ce qui est obligatoire parmi toutes ces tâches ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ? Contactez-nous pour avoir des réponses légales. 

Le SNALC se bat contre toutes ces dérives qui défigurent le métier d’enseignant. 

 

——————–

(1) « Macron s’attaque au temps de travail des enseignants », Les Echos, 6 janvier 2022. 

Article publié dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1461 du 28 janvier 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email