Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Professeurs-élèves-parents : une relation détériorée

© pxhere.com

« Faire la classe » est le cœur du métier de professeur des écoles. Le relationnel entre l’enseignant et ses élèves est donc une composante essentielle de notre profession.

Or, au fil du temps, ce lien s’est altéré et nous observons même une dégradation qui s’accélère depuis quelques années. Ainsi, les valeurs de confiance et de respect mutuel qui sont au fondement de l’École et plus largement de la vie en société s’étiolent. La politesse élémentaire s’apprend trop souvent à l’école et l’attitude des élèves glisse de plus en plus vers l’irrespect.

Ce constat est le reflet de la considération allouée aux professeurs des écoles par la société. Dans un monde où on évalue à tout-va son fast-food, son médecin et désormais son établissement scolaire, nos concitoyens « consomment de l’école » : ces considérations déteignent sur les enfants et sur leur comportement en classe.

En parallèle, le système scolaire et l’institution portent leur part de responsabilité, l’école n’étant désormais plus suffisamment synonyme de réussite et d’exigence. Dans une école où la différenciation pédagogique fait loi, il devient de plus en plus compliqué de gérer l’hétérogénéité. Sans appuis supplémentaires et à moyens constants, les élèves le ressentent et leur motivation se perd parfois en cours de route.

Enfin, n’oublions pas que si l’enfant a des droits inaliénables, il a aussi des devoirs en tant qu’élève. Les règlements de l’école et de la classe doivent être respectés. Si ce n’est pas le cas, les punitions prévues au règlement intérieur, tout comme les mesures positives d’encouragement, doivent être appliquées systématiquement. Or, de plus en plus de familles contestent les décisions du professeur, et le soutien de la hiérarchie, qui devrait alors être impératif, est de plus en plus rare. Il arrive même que le PE se fasse réprimander, ceci mettant à mal sa crédibilité dans la classe et auprès des parents d’élèves.

 La société, les parents et les professeurs des écoles doivent travailler dans le même sens pour montrer aux enfants que respect et politesse sont des composantes essentielles de la vie à l’École et au-delà. Ces citoyens de demain appliqueront ce qu’on leur a appris durant l’enfance. Il faut donc agir pour une école du présent apaisée et non pour une « école du futur » réfutée par la profession.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email