Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Prime de précarité : où en est-on ?

© Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Pour rappel, cette prime, instituée par l’article 23 (créant un article 7ter à la loi 84-16 du 11 janvier 1984) de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019 est accordée aux contractuels dont les contrats, le cas échéant renouvelés, sont d’une durée inférieure ou égale à un an.

Conformément au décret 2020-1296 du 23 octobre 2020, cette prime de précarité s’applique aux contrats conclus à partir du 1er janvier 2021.

Lors de l’examen de la loi du 6 août 2019, le coût annuel de cette mesure était estimé à au moins 500 millions d’euros pour l’ensemble de la fonction publique. Or, selon les données fournies par l’administration pour la période allant de janvier à septembre 2021, et toutes fonctions publiques confondues, le coût réel a été de 6,98 millions d’euros. Comment expliquer un tel écart ?

 

Outre une estimation exagérée du besoin, trois hypothèses peuvent expliquer ce différentiel.

 

Si on est de nature confiante, on peut imaginer que l’administration, soucieuse du bien-être de ses agents contractuels et dans une volonté de faire reculer la précarité, a changé de comportement en octroyant des contrats d’une durée supérieure à un an pour limiter la précarité dans la fonction publique.

 

Si on est un plus réservé quant à la bienveillance des employeurs pour leurs agents, on peut également imaginer que cette différence de coût s’expliquerait par un « contournement de l’esprit de la loi », pratique fort bien maîtrisée par l’administration en de nombreux domaines.

Il suffirait par exemple, pour les contractuels enseignants, de leur assurer le renouvellement de leur contrat, sans un seul jour d’interruption entre 2 CDD successifs, afin d’atteindre, renouvellement(s) compris, une durée supérieure à un an. La lettre de la loi serait respectée, mais son esprit et sa finalité totalement contournés.

 

Enfin, hypothèse la plus sordide, la mesure n’entrant en application qu’au 1er janvier 2021, des contractuels ont pu ne pas être renouvelés au-delà de cette date par l’administration, afin que cette dernière n’ait jamais à leur verser la prime de précarité.

Si cette éventualité réduit le vivier de contractuels, et donc remet en cause la continuité du service public d’éducation, elle s’avère particulièrement intéressante en termes d’économies budgétaires.

 

Quoi qu’il en soit, et sans vouloir faire de procès d’intention à l’administration, trop de contractuels, à l’heure présente, ne perçoivent pas cette prime. Pour résoudre ce problème, une solution simple existe. Aligner la prime de précarité dans la fonction publique sur celle du secteur privé, c’est à dire octroyer la prime de précarité à l’issue de chaque CDD, y compris les CDD renouvelés, si celui-ci ne se poursuit pas par un CDI.

 

Philippe Frey, vice-président national, contractuels@snalc.fr

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email