Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

PRÉAU : le rendez-vous manqué de l’éducation nationale

© iStock_PeopleImages

L’atelier « revalorisation » du Grenelle avait établi ce constat : l’Éducation nationale est le seul ministère de la fonction publique d’État à ne pas financer d’association ou de fondation publique pour jouer le rôle de comité d’entreprise proposant des aides et réductions importantes aux agents dans le cadre social et culturel.

Le SNALC avait souligné ce manque, qui va de pair avec l’insuffisance des rémunérations des personnels, notamment des enseignants.

L’un des engagements pris à l’issue du Grenelle pour revaloriser les métiers de l’Éducation était la mise en place d’un tel comité d’entreprise. Mais il semble qu’une fois de plus, le ministère de l’Éducation nationale se montre incapable de faire ce que les autres ministères font très bien et depuis longtemps.

« Préau » se présente ainsi comme une « association nationale » qui « propose une offre de nombreuses prestations culturelles, sportives, touristiques et de loisirs et vous permet de profiter de tarifs préférentiels. » Mais au lieu d’être géré et financé par le MEN, cet organisme est en fait le fruit d’un appel d’offres remporté par une entreprise privée appartenant au groupe Edenred, pour un montant dérisoire de 416000€.

De fait, le résultat ne peut être que décevant : l’association demande d’abord aux personnels d’y adhérer pour un montant annuel de 10€, avant de bien vouloir dévoiler ses offres, qui ne sont – pour l’instant ? –  que des réductions limitées qu’on peut déjà trouver ailleurs par d’autres biais. Aucune implication réelle de notre ministère n’est pour l’instant annoncée pour la gestion comme pour le financement.

Peut-on s’attendre à une évolution positive ? L’absence de plan sérieux de revalorisation des carrières permet d’en douter, l’effet d’annonce se substituant une fois de plus entièrement au respect des personnels.

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1460 du 6 janvier 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email