Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Plan de formation sciences et technologie : que vous réserve-t-il ?

© 1095116-pxhere.com

Le 1er février 2022, un nouveau plan de formation à l’attention des professeurs des écoles a été annoncé par notre ministre : le plan sciences et technologie.

Pourquoi donc un nouveau plan après les plans français et mathématiques, qui ont laissé les PE (plus que) dubitatifs ?

Parce que les études internationales démontrent que nos élèves rencontreraient des difficultés dans les apprentissages scientifiques. De plus, les PE, par leur parcours initial de formation, auraient un besoin accru de formation dans l’enseignement de ces domaines.

Ce plan sera calqué sur le modèle des très décriés plans français et mathématiques… Après tout, pourquoi changer une méthode qui gagne ? Cependant, ce plan irait plus loin puisque chaque équipe devrait pouvoir transmettre au référent science de la DSDEN ses besoins de formation en vue d’obtenir une formation « sur-mesure ».

Ces formations seraient menées en concertation avec différents acteurs locaux du monde des sciences (la Main à la Pâte, université, sociétés savantes, secteur industriel et technologique…), et une cartographie de ces partenaires devrait être élaborée.

En amont, un vadémécum éclairant les programmes de sciences du cycle 3 sera disponible en juin, accompagné de fiches de formation avec une dimension didactique « très affirmée » (dixit le ministre), et d’un énième parcours d’auto-formation Magistère.

Ce plan de formation sera testé dès la rentrée de septembre avec des équipes volontaires.

Pour le SNALC, ce « plan sciences » ne doit pas épouser les travers des constellations : des formations complètement déconnectées des besoins des PE et de surcroît, imposées ou obligatoires, seraient une fois de plus très loin d’emporter l’adhésion de la profession.

Enfin, le SNALC doute que les enseignants exerçant dans des territoires bénéficiant localement de peu de « partenaires » puissent obtenir les mêmes formations que leurs collègues en milieu urbain.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email