Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Ouest France – Les professeurs attendent toujours leur visite médicale

© OUEST-FRANCE.FR
« En France, il y a proportionnellement plus de vétérinaires pour les bêtes de l’armée, que de médecins pour les professeurs. C’est ahurissant. »
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du Snalc

Alors que s’ouvre un nouveau quinquennat, les attentes sont nombreuses du côté du corps enseignant. Parmi les revendications : avoir, enfin, une véritable médecine du travail. Maxime Reppert déplore le manque de considération pour la santé des personnels de l’Éducation nationale.

Maxime Reppert, secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du SNALC,  répond aux questions de Camille DA SILVA pour Ouest france, le 3 juillet 2022

Je n’avais pas envie d’aller travailler, ça m’angoissait, je n’y arrivais plus… J’étais éteinte. ​La voix d’Olivia tremble, elle marque une pause. Cette enseignante d’espagnol de 39 ans n’exerce plus. Après onze ans de bons et loyaux services, démunie face à des collégiens turbulents et ne se sentant pas entendue par l’administration​, elle a craqué.

Burn-out, épuisement, suicide… Depuis plusieurs années, une vague de mal-être s’abat sur le corps enseignant. Les causes ? Perte de sens, charge de travail, pression hiérarchique, manque de considération… Certaines problématiques sont structurelles, d’autres plus personnelles.

Pourtant, dans les différents témoignages qui cartographient ce grand malaise, un élément revient en boucle : le manque de suivi médical et psychologique dans l’Éducation nationale. J’étais en pleurs et on ne savait pas quoi faire de moi. ​Comme Olivia, nombre de professeurs se disent à l’abandon, sans véritable accompagnement.

87 médecins pour 1 million d’employés

En France, la médecine du travail dans l’Éducation nationale porte le nom de « médecine de prévention ». D’après le site Internet du gouvernement, c’est « un acteur majeur de la santé et de la qualité de vie au travail des personnels ».

Problème : cette médecine est à la peine. En 2019, on dénombrait 87 médecins de prévention pour un peu plus d’un million de personnels​, détaille Maxime Reppert, 38 ans, secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du syndicat Snalc. En France, il y a proportionnellement plus de vétérinaires pour les bêtes de l’armée, que de médecins pour les professeurs. C’est ahurissant.

Impossible dans ces conditions de réaliser des suivis médicaux corrects, de dépister les risques psychosociaux. Alors qu’une visite médicale est obligatoire tous les cinq ans pour les salariés, la plupart des professeurs ne voient un médecin qu’une fois dans leur carrière, à leur entrée dans la profession. « Et c’est grave, car il ne faut pas oublier qu’un enseignant a la responsabilité de centaines d’élèves », souligne Maxime Reppert.

Depuis plusieurs années, syndicats et association tirent la sonnette d’alarme. Mais rien ne change, déplore Rémi Boyer, 61 ans, président de l’association Aide aux profs. ​Jean-Michel Blanquer voulait recruter plus de médecins lors du précèdent quinquennat, mais il en a attiré deux ou trois. Le salaire proposé est inférieur à celui d’un jeune médecin qui s’installe. Et la souffrance enseignante, comparée aux moyens alloués, peut faire peur aux candidats.

« Mesures pansements »

Contacté, le ministère de l’Éducation nationale, en plein remaniement, dit ne pas être en mesure de répondre à nos questions, renvoyant vers les rectorats. Les rectorats contactés, comme les différents médecins de prévention, n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

Cependant, le ministère communique publiquement sur les différentes mesures qu’il a mises en place ces dernières années : l’ouverture d’un réseau d’écoute appelé PAS, en partenariat avec la mutuelle MGEN, et la création d’un réseau de référents de proximité, pour permettre le soutien et l’accompagnement des professeurs.

Mais pour Maxime Reppert, il s’agit de mesures pansements, qui n’endigueront pas l’hémorragie. Sur le papier, c’est très beau, mais derrière, il n’y a pas les moyens financiers et humains pour rendre ça efficace.

Alors quelles solutions ? Davantage de moyens, de considération et de soutien​, énumère le syndicaliste. Il faudrait recruter plus de psychologues, même temporairement, ajoute Rémi Boye​, pour qu’il y ait un point d’écoute dans chaque établissement. ​Et pour Olivia, qui tente aujourd’hui de reconstruire sa vie, il est urgent de remettre un peu d’humain dans ce système. Car, pour que des élèves soient bien en classe, il faut que leurs professeurs le soient aussi ».

« ...Et c’est grave, car il ne faut pas oublier qu’un enseignant a la responsabilité de centaines d’élèves »
Maxime Reppert
Secrétaire national aux conditions de travail et climat scolaire du Snalc
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email