Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Ordre et contre ordre chez les personnels infirmiers

© istock_fizkes-1330046034

Il paraît, mais ce doit être une plaisanterie, que dans l’armée française autrefois, les soldats étaient priés de ne pas appliquer un ordre tant qu’ils n’avaient pas reçu le contre-ordre qui ne manquait jamais en effet de leur arriver. 

Figurez-vous que chez les personnels infirmiers scolaires, cette anecdote n’est pas une plaisanterie. Et elle ne fait pas rire le SNALC non plus.

 Ces personnels ont été priés, toutes affaires cessantes, d’abandonner le logiciel SAGESSE, dont ils se servaient depuis des lustres, pour utiliser désormais le nouveau logiciel LIEN qui est plus efficace, plus complet, plus « performant », plus pratique : n’en jetez plus ! Cela, c’était en juin 2022. 

Hélas ! Les personnels ne l’ont pas trouvé si pratique et si merveilleux : ce logiciel leur demande beaucoup plus de temps – vous avez dit « chronophage » ? – et surtout, il ne fonctionne pas bien – vous avez dit « bug » ? 

Le 30 août 2022, nouvelle directive : pour l’instant LIEN n’est pas utilisable car les autorisations n’ont pas été données par la DGESCO : consigne est donc donnée de retourner à SAGESSE pour le moment. 

Le 31 août, le feu passe au vert, il faut utiliser LIEN : il sera disponible sur ARENA à partir du 1er septembre. 

Le 5 septembre, on remballe, l’outil de référence pour cette année scolaire sera SAGESSE. Le 6 septembre, on peut utiliser le logiciel que l’on veut, au choix ou même les deux ! 

L’affaire est devenue si sérieuse que l’administration a été obligée d’accepter que les personnels infirmiers se servissent de l’ancien SAGESSE, puis de LIEN, et finalement les laisse libres d’utiliser l’un ou l’autre. Notez que le nouveau logiciel a été utilisé à titre expérimental dans cinq académies avant d’être étendu à l’ensemble de la France. 

Comme quoi, les expériences ne servent pas à édifier le ministère. Souvenez-vous des premières utilisations désastreuses du logiciel destiné au remboursement des frais de déplacement, à l’instar du logiciel destiné à la paie des soldats, qui avait fini par conduire – ou presque – leurs épouses à la soupe populaire. 

Certes, l’affaire n’est pas aussi grave dans le cas de LIEN, mais le SNALC demande quand l’on cessera de proposer des outils informatiques aussi désespérants, qui font perdre beaucoup plus de temps qu’ils n’étaient censés en faire gagner.