Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

LIBERATION – On est dans un état de choc

#JESUISENSEIGNANT
« ON EST DANS UN ÉTAT DE CHOC »

« Il faut utiliser dans tous les établissements des caricatures de Charlie Hebdo comme support. Ça serait un symbole fort. » (Jean-Rémi Girard)

Face à l’horreur qui a touché la profession, les syndicats expriment leur émotion et appellent à un rassemblement dimanche dans l’attente de l’hommage national et d’autres actions éducatives à la rentrée. Jean-Rémi Girard répond à Libération samedi 17 octobre 2020.

À lire sur le site de Libération. Interview publiée le 17 octobre 2020 par Marlène Thomas.

Extraits :

Citation:
« Ce qui pour nous est à la limite du concevable, c’est qu’on se retrouve en France au XXIe siècle à voir un professeur décapité dans la rue pour avoir enseigné. Même au moment où je vous le dis, c’est difficile de concevoir que ça se soit passé. On est dans un état de choc », nous confie Jean-Rémi Girard, président du SNALC .

«Besoin d’éduquer»

La majorité des enseignants étant en vacances depuis vendredi soir, se pose déjà la question de la rentrée du 2 novembre. «Le ministre veut que ça soit bien cadré pour qu’on évite de nouveaux problèmes. Il faut que les profs soient bien outillés pour savoir ce qu’il faut faire, comment réagir», ajoute la secrétaire générale du Snes qui n’avait pas eu en début d’après-midi de remontées d’incidents lors des minutes de silence de ce samedi. Les possibles actions à mener seront discutées en lien étroit avec le ministère. « Les vacances scolaires frustrent les collègues qui auraient aimé pouvoir en parler, se retrouver, en discuter avec les élèves », regrette Jean-Rémi Girard. Au SNALC, on dit « une minute de silence à la rentrée, oui, mais une heure de discussions aussi. On a besoin d’éduquer sur la liberté d’expression, la laïcité. »

Il propose d’« utiliser dans tous les établissements des caricatures de Charlie Hebdo comme support. Ça serait un symbole fort. » Le cadre national ne se fera pas sans «une liberté des équipes», précise Frédéric Marchand: «Il faut qu’elles soient à même de s’emparer de ce moment et ne se retrouvent pas en difficulté. On a aussi évoqué la possibilité de créer un numéro vert pour l’ensemble des personnels en cas de besoin de soutien.» Si certains profs peuvent légitimement avoir des craintes, le SNALC rapporte avoir pour l’heure surtout des remontées d’enseignants volontaires pour « faire quelque chose ».

Article en entier à lire sur le site de Libération. Interview publiée le 17 octobre 2020 par Marlène Thomas.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email